Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Famille: Alain Berset appelle à soutenir l'article constitutionnel le 3 mars prochain

Alain Berset incite les Suisse à soutenir l'article constitutionnel qui permettra de mieux concilier vie professionnelle et familiale.

18 janv. 2013, 11:43
Le Conseiller fédéral Alain Berset appelle le peuple suisse a soutenir l'article constitutionnel sur la famille le 3 mars prochain.

Le nouvel article constitutionnel sur la famille permettra de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle. Le conseiller fédéral Alain Berset et le président de la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS) Peter Gomm appellent le peuple à soutenir cet objet le 3 mars.

La forme des familles a beaucoup évolué ces dernières années, a constaté vendredi Alain Berset devant les médias à Berne. Le taux de natalité recule, le nombre de divorces augmente, les femmes travaillent davantage, a-t-il énuméré. Et les familles monoparentales ou recomposées sont toujours plus nombreuses.

Ces changements entraînent d'importants problèmes d'organisation, comme le montrent les listes d'attente dans les crèches, a souligné le ministre des affaires sociales. Le nouvel article constitutionnel répond donc à un besoin prioritaire de nombreuses familles.

Assez de places d'accueil

Cette disposition prévoit que la Confédération et les cantons encouragent les mesures permettant de concilier vie familiale d'une part et activité lucrative ou formation de l'autre. Il obligerait surtout les cantons à veiller à une offre suffisante en places d'accueil pour les enfants. La constitution actuelle ne contient pas de disposition permettant d'accroître cet engagement.

Suffisamment de places dans les crèches, les garderies ou les cantines permettrait d'éviter que certaines mères arrêtent de travailler contre leur gré pour s'occuper de leurs enfants, comme c'est trop souvent le cas, a argumenté Alain Berset. Actuellement, il arrive aussi fréquemment que des femmes prennent un emploi à temps partiel, par exemple à 30%, qui ne correspond pas à leur niveau de formation, a-t-il regretté.

L'article constitutionnel sur la famille a aussi pour but d'empêcher que des femmes renoncent à fonder une famille pour exercer une activité lucrative. C'est surtout le cas pour celles qui sont hautement qualifiées, a relevé le ministre socialiste.

Libre choix

Les parents continueront bien entendu à décider librement s'ils veulent recourir à des structures d'accueil ou garder eux-mêmes leurs enfants, ont insisté Alain Berset et le conseiller d'Etat soleurois Peter Gomm (PS). Le président de la CDAS a assuré que la politique familiale restera du ressort des cantons, qui décideront eux-mêmes des mesures qu'ils souhaitent adopter.

La Confédération n'interviendra que si les efforts des cantons ou de tiers, comme les associations privées, ne suffisent pas. L'article l'autorise aussi à légiférer sur les allocations familiales et gérer une caisse fédérale de compensation de ces subsides.

Bon pour l'économie

Présidente de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales, Thérèse Meyer-Kaelin a insisté sur la dimension économique d'une bonne coordination entre famille et emploi. L'engagement professionnel des parents est souvent une nécessité pour nouer les deux bouts, mais il est aussi important pour l'économie: ces jeunes parents sont la force vive du pays, a-t-elle lancé.

Avec 1,52 enfants par femme, le taux de natalité en Suisse est bas, a souligné l'ancienne conseillère nationale (PDC/FR). Il devrait être au moins de 2,1 pour permettre le renouvellement des générations.

Combattu par l'UDC

L'article constitutionnel offre un cadre, mais aucune obligation concrète d'agir en découle, a rappelé Alain Berset. Les modalités d'action de la Confédération devront être réglées dans une loi, qui sera sujette au référendum.

De même il n'est pour l'heure pas possible de chiffrer les conséquences financières pour la Confédération et les cantons auraient. Ces coûts dépendent en effet des dispositions d'application.

Le nouvel article constitutionnel est né d'une initiative parlementaire. Une partie de la droite, UDC en tête, s'y est opposée lors des débats aux Chambres fédérales.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias