Fédérales 2015: le PLR Vaud renonce à tout apparentement, l'UDC déplore

Le PLR vaudois ne s'apparentera pas à l'UDC pour les élections fédérales de cet automne. Les questions sur l'asile, les bilatérales ou le 9 février sont rédhibitoires. L'UDC craint une désunion du centre-droit.
25 août 2015, 16:10
La décision du PLR Vaud ne porte que sur les fédérales. Les discussions restent ouvertes pour les cantonales par exemple.

Après de longues discussions, le Parti libéral-radical vaudois (PLR Vaud) renonce à tout apparentement pour les élections fédérales d'octobre. Des thèmes comme l'immigration, les bilatérales ou le 9 février constituent "un obstacle" vis-à-vis de l'UDC. Cette décision ne ferme pas la porte pour les autres scrutins, en particulier cantonaux.

Malgré de multiples rencontres depuis le début de l'année, "aucun accord pour les élections fédérales n'a pu être trouvé", indique vendredi le PLR Vaud dans un communiqué. Les thèmes précités sont un obstacle à un apparentement avec la seule UDC.

De plus, l'alliance de 2007 et 2011 n'a "mathématiquement" pas amélioré les résultats de l'UDC ou du PLR. Le Comité directeur du PLR ne convoque donc pas un congrès extraordinaire sur cette question.

L'UDC déplore

L'UDC vaudoise déplore vendredi "amèrement" la fin de l'alliance "historique" avec le PLR. Elle accuse ce parti, qui renonce à s'apparenter pour les fédérales, de "désunir le centre-droite" avant trois échéances électorales déterminantes.

La décision du PLR Vaud de renoncer à tout apparentement pour octobre fait le jeu de la gauche, dénonce l'UDC dans son communiqué. Les partis de gauche peuvent ainsi envisager "relativement sereinement" les élections fédérales, communales (2016) et cantonales (2017).

Aux yeux de l'UDC, la rupture annoncée par le PLR doit être assumée pour l'ensemble des échéances électorales à venir. Dans sa prise de position, le PLR soulignait au contraire que sa décision ne concernait que les fédérales et ne devait fermer aucune autre porte. La droite vaudoise doit s'allier si elle veut regagner la majorité au gouvernement cantonal en 2017, selon le PLR.