Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Fragment de certitude sur le vol MH17

Le rapport final des experts néerlandais pointe un missile BUK de fabrication russe, mais ceux qui ont appuyé sur la gâchette, séparatistes ou armée ukrainienne, sont inconnus.

13 oct. 2015, 23:07
/ Màj. le 14 oct. 2015 à 00:01
epa04976154 Tjibbe Joustra, Chairman of the Dutch Safety Board (DSB/OVV) speaks during a press conference to present the report findings of the Dutch Safety Board in Gilze Rijen, The Netherlands, 13 October 2015. The Dutch Safety Board was to present its final report into the downing of Malaysia Airlines flight MH17 over eastern Ukraine last year. MH17 was on its way from Amsterdam to Kuala Lumpur when it went down in rebel-controlled territory on 17 July 2014, killing all 298 people on board.  EPA/ROBIN VAN LONKHUIJSEN NETHERLANDS MH17 DUTCH REPORT

Dans l’affaire du MH17, les enquêteurs connaissent désormais l’arme du crime, son probable mobile, mais n’ont toujours pas identifié le meurtrier. Dans son rapport définitif publié hier, le Bureau néerlandais de sécurité aérienne a mis en cause les missiles sol-air BUK de fabrication russe dans la destruction de l’avion de la Malaysia Airlines au-dessus du territoire de l’Ukraine, mais s’est refusé à déterminer qui, des séparatistes ou de l’armée ukrainienne, a «appuyé sur la gâchette».

LeBoeing 777 de la compagnie malaisienne, qui transportait 298 passagers, a été abattu le 17 juillet 2014 au-dessus du sud-est de l’Ukraine, alors en proie à la guerre. Selon l’organisme néerlandais, l’ogive d’un missile a explosé à près de 10 000 mètres d’altitude, juste à côté du bord gauche du cockpit, la déflagration endommageant la partie avant de l’appareil avant que ce dernier ne se disloque et ne s’écrase sur une surface de 50...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias