Réservé aux abonnés

Frontaliers indispensables aux chantiers tessinois

Des entrepreneurs craignent une fermeture de la frontière. Les travailleurs italiens, eux, restent sereins.

11 mars 2020, 00:01
DATA_ART_13417247

«Si, demain, la Suisse ou l’Italie ferme la frontière, ce serait très problématique. Nous avons une vingtaine de chantiers en cours, dont certains à terminer dans des délais extrêmement serrés. Nous sommes sur le qui-vive.» Le coronavirus teste les nerfs de Nicola Ferrari. Le directeur de Merlini & Ferrari, une entreprise de construction à Minusio, compte sur les frontaliers italiens pour finir, notamment, les travaux de la gare de Muralto, où deux, voire trois équipes se relaient chaque jour. Prè...