Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Genève: un rassemblement de solidarité envers les victimes de la crise se termine en affrontement

Quelque 200 personnes se sont rassemblées aujourd’hui à Genève, en signe de solidarité avec populations fragilisées par la crise sanitaire. La manifestation s’est achevée par un affrontement avec la police.

19 déc. 2020, 19:21
Un groupe de manifestants affrontent des gendarmes de la police genevoise à l'issue du rassemblement de solidarité pour des mesures d'urgence en faveur de la population touchée par le coronavirus sur la Plaine de Plainpalais.

Environ 200 personnes se sont rassemblées samedi à Genève pour manifester leur solidarité envers tous ceux qui sont touchés par la crise sanitaire et notamment les populations les plus fragiles. Des accrochages ont eu lieu avec la police à la fin du rassemblement.

Une partie des participants à cet appel à la solidarité a en effet voulu former un cortège. Or, la manifestation avait été autorisée, mais tout défilé interdit, à cause de la pandémie de Covid-19. Les réfractaires se sont rapidement heurtés aux forces de police qui s’étaient déployées autour de la plaine de Plainpalais.

Ces personnes ont essayé de forcer le passage et sont venues au contact sans respect des gestes barrières, a expliqué Joanna Matta, la porte-parole de la police genevoise. Ils ont été repoussés. Un représentant des forces de l’ordre a été frappé avec un bâton alors qu’il tournait le dos à son agresseur. Ce dernier a été interpellé.

Il n’y a jamais eu autant de précarité dans l’hôtellerie.
Une manifestante

Lors du rassemblement, organisé à l’appel des syndicats genevois, de nombreuses personnes sont montées à la tribune pour témoigner de la dureté des temps présents. «Il n’y a jamais eu autant de précarité dans l’hôtellerie», a relevé une oratrice. Des hôtels ferment laissant des gens et leur famille sur le carreau.

Dans le milieu de la culture, la situation n’est pas plus reluisante. Les artistes et les musiciens ont été les premiers touchés et le statut d’intermittent ne permet souvent pas de recevoir les aides mises à disposition, a souligné un intervenant, ajoutant que le deuxième confinement avait été le coup de grâce.

Au micro, une femme de ménage s’est plainte de l’incorrection de certains employeurs envers leur personnel de maison. «Nous prenons les transports publics pour aller travailler, nous ne pouvons pas tomber malades et beaucoup d’entre nous sont sans papier et n’ont pas droit au chômage», a-t-elle déploré.

Coupes dans la santé

Des représentants du personnel de la santé se sont aussi exprimés. Ils ont regretté le manque de moyens et les coupes régulières opérées dans les hôpitaux ces dernières années. Un travailleur social a fait le même constat. «Depuis des années nous demandons du personnel supplémentaire et une revalorisation de notre travail».

Les participants au rassemblement ont dit espérer que la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 permettra une transition vers «un monde plus juste et plus durable». Un changement de système a été demandé, l’économie actuelle ne menant qu’à la destruction de l’environnement et à une inégale répartition des richesses.

A la fin du rassemblement, 600 bougies avaient été allumées en mémoire des victimes du Covid-19 en Suisse. Les haut-parleurs ont diffusé un extrait du Requiem de Mozart pour un instant de recueillement partagé.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias