Grippe aviaire: après un 2e cas près du lac de Constance, l’OSAV ordonne des mesures

Après la détection d’un nouveau cas de H5N5 chez un corbeau près de la frontière suisse, des zones de contrôle et d’observation ont été définies dans les régions qui bordent le lac de Constance et le Rhin.
22 janv. 2021, 17:13
Pour la 2e fois, un cas de grippe aviaire a été mis en évidence en Allemagne, près de la frontière suisse.

La grippe aviaire a été détectée chez un corbeau près de Radolfzell (D), près du lac de Constance. C’est la deuxième fois que le virus H5N5 est découvert ces derniers temps près de la frontière suisse. L’OSAV a ordonné des mesures pour prévenir l’introduction du virus chez les volailles domestiques.

A lire aussi : La grippe aviaire aux portes de la Suisse: 5 questions sur un virus surveillé de près

Des zones de contrôle et d’observation ont été définies tout autour du lac de Constance, a indiqué vendredi l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OVAS). Les aviculteurs sont tenus de respecter les mesures ordonnées.

Les volailles doivent être nourries et abreuvées seulement dans des locaux qui ne sont pas accessibles aux oiseaux sauvages. Les aires de sorties encore utilisées doivent être protégées par des filets. Si la pose de filets n’est pas possible, les volailles doivent être détenues dans des locaux fermés.

Chaussures et survêtement

Les éleveurs doivent changer de chaussures en enfiler un survêtement réservé à cet usage avant de pénétrer dans les locaux. Ils doivent se désinfecter les mains régulièrement.

 

 

Les mesures décrétées par l’OVAS s’appliquent jusqu’au 15 mars pour les régions bordant le lac de Constance et le Rhin. Les mesures seront adaptées si nécessaire. Rien n’indique que le virus H5N5 soit transmissible de l’animal à l’homme.

Depuis octobre, de nombreux oiseaux sont morts de la grippe aviaire en Europe. La grippe aviaire ayant été détectée sur territoire allemand au bord du lac de Constance, il faut s’attendre à des cas en Suisse à tout moment, écrit le gouvernement schaffhousois dans un communiqué.