Réservé aux abonnés

Heidi pourrait être appelée au secours de la patrie

Les femmes suisses à temps partiel sont nombreuses. Ce potentiel pourrait être mieux exploité pour compenser le reflux attendu de main-d'oeuvre étrangère.
05 mars 2014, 00:01
data_art_7852641.jpg

La femme est l'avenir de l'homme, chantait Jean Ferrat. Pourrait-elle être aussi la solution pour compenser le reflux de main-d'oeuvre étrangère attendu après l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse?

"Le vote du 9 février va nous obliger à renforcer l'employabilité de la main-d'oeuvre indigène", constate Christian Levrat. Le président du Parti socialiste songe en particulier à trois catégories de personnes qui ont un taux d'activité plus faible q...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois