Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L'ombre des drones sur le ciel américain

Médiatisé par la politique d'assassinats ciblés du président Obama, l'emploi de ces appareils à l'intérieur même des frontières étasuniennes inquiète outre-Atlantique.

27 févr. 2013, 00:01
data_art_6844052.jpg

D'ici 2020, quelque 30 000 drones pourraient partager le ciel étasunien avec les plus de 12 millions de vols commerciaux qui le sillonnent annuellement. Un chiffre qui fait frémir les défenseurs des libertés individuelles. Car si les drones sont très médiatisés pour leur engagement dans les conflits militaires (Afghanistan, Pakistan, Mali, etc.) et la politique d'"assassinats ciblés" du président Barack Obama, ils le sont de plus en plus pour leurs emplois "démilitarisés".

Les forces de police américaines les engagent dans la recherche de personnes disparues, établissent grâce à eux des surveillances, peuvent récolter des informations sur des suspects, des crimes. Les drones sont aussi au service d'autres organismes étatiques, tels les gardes-frontière. D'ici 2015, l'Administration fédérale de l'aviation américaine devra d'ailleurs leur trouver une place dans l'espace aérien américain, comme le soulignait "The Economist" dans son édition du 16 février.

Discrets, silencieux, pour ne pas dire sournois, dotés d'une autonomie...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias