La Confédération avertit des risques liés aux tatouages

La Confédération a lancé, lundi, une campagne de prévention concernant les risques liés aux tatouages. Car si la pratique est à la mode, elle n'est toutefois pas anodine.
25 août 2015, 16:15
Geneve, Mardi 30 Avril 2013.
Studio Add Ink Tattoo
Studio de tatouage, les nouvelles tendances.
(Samuel Fromhold/La Côte)

Une tête de mort stylisée, quelques étoiles et l'inscription "Ne risque pas ta peau". L'Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV) a lancé lundi une campagne de sensibilisation sur les risques liés aux tatouages et aux piercings.

Deux cartes postales doivent attirer l'attention de la population sur ces dessins "qui marquent à vie", du nom de la campagne. Elles seront déposées dans des lieux "populaires", comme les piscines, des boutiques, les salles de concerts ou les restaurants, précise l'OSAV dans son communiqué.

Ce dernier rappelle que tatouages et piercing, bien que devenus courants, ne sont toutefois pas anodins. Tous deux entraînent des plaies superficielles de la peau. En cas d'hygiène laissant à désirer, cette dernière peut s'infecter ou des maladies comme l'hépatite ou le sida être transmises.

Et l'OSAV de recommander aux adeptes de ces dessins ancrés dans la peau de bien vérifier l'hygiène du salon de tatouage.

Encres nocives

En mars, l'office avait annoncé, après un vaste contrôle de l'Association des chimistes cantonaux, que plus de la moitié des encres de tatouage utilisées en Suisse sont nocives. Elles ont été retirées du marché.

De nombreux tatoueurs n'effectuent pas d'autocontrôle sérieux et ont recours à des produits qui ne respectent pas les dispositions légales. Des locaux déjà inspectés dans le passé possédaient des articles déjà épinglés lors d'analyses précédentes.

Les encres de tatouage feront l'objet de contrôles à la douane déjà, au moment de leur importation. L'OSAV bénéficiera à cette fin de la collaboration des chimistes cantonaux et de la Direction générale des douanes. La révision de l'ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels projette en outre d'obliger les salons de tatouage à annoncer leurs produits.