Le canton du Jura accorde plus de droits aux étrangers

Les étrangers établis dans le canton du Jura bénéficieront de droits politiques étendus à l'avenir. Les Jurassiens ont accepté dimanche l'initiative à 54%.

28 sept. 2014, 14:33
Des étrangers établis dans le canton du Jura pourront être élus dans les exécutifs communaux, à l'exception de la fonction de maire. Après deux échecs, les citoyens ont accepté dimanche à 54% d'étendre les droits politiques des étrangers.

Des étrangers établis dans le canton du Jura pourront être élus dans les exécutifs communaux, à l'exception de la fonction de maire. Après deux échecs, les citoyens ont accepté dimanche à 54% d'étendre les droits politiques des étrangers.

Pour être candidats à un siège dans un exécutif communal, les étrangers devront résider en Suisse depuis dix ans et dans le Jura depuis une année au moins. La participation à ce scrutin, qui n'a pas donné lieu à une campagne animée, s'est élevée à 46,3%.

Cette révision de la loi sur les droits politiques était soumise au référendum obligatoire. Défendu par le gouvernement et par une très forte majorité du Parlement, ce projet doit faciliter l'intégration de la population étrangère à la vie politique locale.

Recherche du consensus

Cette extension des droits politiques résulte du dépôt par la gauche alternative CS-POP d'une initiative parlementaire. Le texte accepté dimanche par le peuple a été édulcoré avant de passer devant les députés pour obtenir le consensus le plus large possible.

Pour éviter un 3e rejet après ceux de 1996 (52,8% de non) et de 2007 (51% de non), l'accession des étrangers au parlement cantonal et à la mairie a été retirée du projet de loi par la commission compétente. Malgré une révision moins ambitieuse, le PLR et l'UDC ont appelé au rejet du texte, estimant qu'il fallait privilégier la naturalisation.

Signe d'ouverture

Pour les partisans du projet, le canton doit marquer son ouverture à l'égard des étrangers. Ils jugeaient aussi insensé d'interdire des postes à des personnes parfaitement intégrées qui veulent mettre leurs compétences au service de la communauté.

Le canton du Jura fut pionnier dans l'octroi des droits politiques aux étrangers en leur accordant le droit de vote communal et cantonal dans la foulée de son entrée en souveraineté en 1979. La situation n'avait plus évolué jusqu'au 28 septembre.

Aujourd'hui, quatre cantons romands autorisent le droit de vote et d'éligibilité dans les communes: Neuchâtel, Fribourg, Vaud et à présent le Jura.