Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le conseiller d'Etat genevois Mark Muller accusé d'avoir agressé un barman

Le conseiller d'Etat genevois Mark Muller fait l'objet d'une plainte pénale. Le magistrat aurait agressé un barman d'un dancing la nuit du réveillon. Révélée par «20 Minutes» sur son site internet, l'information a été confirmée par le Palais de justice.

13 janv. 2012, 16:29
Mark Muller, Président du Conseil d’État et en charge du département des constructions et des technologies de l'informatique (DCTI).

«Le plaignant affirme avoir été agressé par Mark Muller», a indiqué le porte-parole de la justice genevoise, Vincent Derouand. De son côté, le conseiller d'Etat PLR a également déposé plainte contre l'employé de la boîte de nuit. «Je ne connais pas les qualificatifs de cette plainte», a cependant relevé M.Derouand.

Une enquête sera maintenant menée par l'Inspection générale des services, la police des polices. M.Muller va être entendu comme les autres protagonistes de l'affaire, a noté  M.Derouand. Le procureur général Daniel Zappelli ou son successeur décidera de la suite à donner à la procédure une fois l'enquête bouclée.

Cité par «20 Minutes», le barman affirme qu'il s'est disputé un peu plus tôt dans la soirée avec Mark Muller et a ensuite été agressé par l'élu alors qu'il prenait sa pause cigarette. Interrogé par le journal, le magistrat a pour sa part indiqué s'être bagarré après que son amie lui a dit avoir été frappée et insultée par le barman.

Mark Muller avait été au cœur de la polémique l'été dernier quand la Télévision suisse romande avait révélé que le conseiller d'Etat, responsable du département des constructions, louait un sept pièces au centre ville pour 1800 francs, sans les charges. Un loyer considéré comme dérisoire à Genève pour ce type d'appartement.

Le magistrat libéral, ancien secrétaire général de la Chambre genevoise immobilière, avait aussi défrayé la chronique il y a un an dans l'affaire des dysfonctionnements au service de la gestion immobilière de son département. Des appartements propriétés du canton étaient loués à des prix défiant toute concurrence.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias