Le National refuse de lever le secret de la confession pour les abus sexuels sur mineurs

Le Conseil national a refusé mercredi de lever un coin du voile du secret professionnel des ecclésiastiques en excluant les abus sexuels de son champ d'application. Il a enterré une initiative parlementaire par 121 voix contre 47.
05 août 2015, 15:51
18483475

L'auteur du texte, Carlo Sommaruga (PS/GE), et une minorité de gauche ont estimé en vain que seule la pression politique pourra pousser l'Eglise à révéler les délits sexuels commis en son sein. Mais pour la majorité, il est problématique de limiter une telle règle à une seule profession et à une seule catégorie d'infraction.

En s'en prenant seulement au secret de la confession et non à des faits connus d'une autre manière, l'initiative n'atteindrait pas le but visé. Elle va en outre à l'encontre de la séparation entre l'Eglise et l'Etat, a encore argumenté la majorité qui admet, sur le fond, que les délits sexuels commis sur des enfants au sein de l'Eglise doivent être dénoncés.