Le National veut que Berne protège les amateurs d'armes face au durcissement de la loi dans l'Espace Schengen

Mardi, l'Union européenne annonçait que le durcissement de la loi sur les armes entrerait en vigueur dans tout l'Espace Schengen, et donc en Suisse, à fin 2019. Ce mercredi, le Conseil national a réagi en demandant au Conseil fédéral de protéger les amateurs d'armes et de tir sportif.
15 mars 2017, 18:43
Si le Conseil fédéral n'agit pas, l'Association suisse de tir sportif menace de lancer un référendum contre Schengen.

Le Conseil fédéral doit en faire plus pour défendre la législation suisse sur les armes face au durcissement en vue dans l'UE. La Chambre du peuple a soutenu une motion de Werner Salzmann (UDC/BE) mercredi par 118 voix contre 58. Celle des cantons devra encore donner son feu vert.

L'UE va durcir sa législation sur les armes d'ici la fin 2019. La Suisse devra s'y plier, en tant que membre de l'espace Schengen.

"Des centaines de milliers de citoyens suisses seraient désarmés", s'inquiète Werner Salzmann (UDC/BE). Berne doit s'activer auprès des Etats européens également opposés aux modifications de la législation sur les armes. Il faut coordonner la résistance, selon lui.

La gauche lui a reproché son cynisme. Les armes tuent chaque année, en Suisse aussi, a lancé Lisa Mazzone (Verts/GE). Il est temps d'agir.

Le Conseil fédéral n'avait lui rien contre le texte. Le gouvernement poursuit déjà l'objectif de créer davantage de sécurité sans remettre en question les traditions nationales. Il est prêt à continuer d'intensifier ses efforts en collaboration avec d'autres pays Schengen.

Controverse

La question de la conservation à domicile de l'arme d'ordonnance après le service obligatoire avait fait des vagues en Suisse au printemps dernier. En juin 2016, la Suisse avait finalement obtenu une exception à ce sujet, concernant le fusil d'assaut de l'armée.

Un autre changement a son importance pour la Suisse: la directive pour limiter la capacité des chargeurs. L'UE veut interdire les semi-automatiques avec chargeur au-delà de 20 tirs. Or dans certaines disciplines de sociétés de tir, certains chargeurs dépassent cette limite.

La Fédération sportive suisse de tir (Swiss Shooting) et la Société pour un droit libéral sur les armes (Pro Tell) ont annoncé mardi qu'elles lanceront un référendum si la Suisse reprend l'ensemble des nouvelles réglementations européennes.