Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les conducteurs handicapés devraient être libérés des taxes de stationnenement

Le Conseil national a accepté lundi une motion de la socialiste saint-galloise Barbara Gysi demandant à ce que les conducteurs handicapés soient libérés des taxes de stationnement, afin de leur épargner un labyrinthe administratif.

15 sept. 2015, 10:56
Des pictogrammes du symbole international d'accessibilite pour les personnes en chaise roulante sont photographies, lors d'une action de la Fondation suisse pour paraplegiques (FSP), ce samedi 26 octobre 2013 a Lausanne. La Fondation suisse pour paraplegiques a mis sur pied une operation speciale en plein coeur de Lausanne, ou un etage entier du parking a ete reserve aux handicapes, avec la pose du logo facilement reconnaissable sur la totalite des places de parc. Le but de cette action est de creer le dialogue avec la population. Les conducteurs sont bien entendu invites par des hotesses a se parquer la ou ils le veulent. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Les conducteurs handicapés possédant une carte de stationnement devraient être libérés des taxes. Le Conseil national accepté lundi par 80 voix contre 77 et 21 abstentions une motion de Barbara Gysi (PS/SG) en ce sens.

La situation s'en retrouverait simplifiée à l'échelon national. Car, aujourd'hui, certains automobilistes à mobilité réduite paient cet impôt, tandis que d'autres n'ont pas besoin de s'en acquitter. La cause est à chercher du côté du fédéralisme, et des diverses réglementations cantonales et communales.

Certes, la législation prévoit déjà des allègements. Ces personnes peuvent parquer jusqu'à trois heures sur les places normalement interdites et pendant une durée illimitée sur les emplacements habituels.

"Absurde"

Mais le quotidien des conducteurs handicapés reste compliqué. Les taxes de stationnement relèvent souvent des communes, ce qui implique de chaque fois s'informer sur la réglementation, a fait remarquer Barbara Gysi. "C'est absurde que les premiers concernés doivent tout régler eux-mêmes."

Les indications nécessaires demeurent généralement difficiles à trouver sur Internet, et il faut souvent se renseigner auprès de l'administration communale. De plus, les numéros de place de parc sont en maints endroits peu visibles, ce qui rend l'achat d'un ticket d'autant plus long et pénible.

"Il n'est pas question d'exempter les handicapés de contribution financière. Mais bien de leur épargner ce labyrinthe administratif. S'il-vous-plaît, ne vous laissez pas retenir par le fédéralisme", a-t-elle demandé aux parlementaires.

Le Conseil fédéral a proposé en vain de rejeter la motion. La question du paiement des taxes de stationnement relève de la compétence des cantons. "La Confédération ne peut pas exiger de ces derniers ni des communes d'y renoncer", a rétorqué sans succès Doris Leuthard.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias