Réservé aux abonnés

Les otages d'In Amenas racontent

Les témoignages des survivants permettent de reconstituer l'attaque.

25 janv. 2013, 00:01
data_art_6755370.jpg

Mercredi 16 janvier 2013. Le jour n'est pas encore levé sur la "base de vie" de British Petroleum à In Amenas. Un bus transportant les travailleurs pour les conduire à l'aéroport est escorté, comme le veut le protocole, par le véhicule du chef du service de liaisons, Paul Morgan. A 5h30, ceux qui ne dorment pas dans la base de vie, ainsi que ceux qui sont au travail dans le complexe gazier - que tous appellent "l'usine" -, distant de sept kilomètres, entendent, sur "le canal 3" de la radio, la voix de Paul Morgan qui hurle: il demande l'intervention immédiate de l'armée, cantonnée entre la b...