Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Les rebelles syriens sont intraitables

La conférence de paix prévue à Genève est dans l'impasse, car les "Amis de la Syrie" ne réussissent pas à convaincre l'opposition. Bachar el-Assad essayerait de "gagner du temps".

23 oct. 2013, 00:01
data_art_7475444.jpg

Le projet d'une conférence de paix internationale sur la Syrie à Genève est dans l'impasse. L'opposition syrienne exige toujours comme préalable le départ du président Bachar al Assad.

Réunis, hier, à Londres, les "Amis de la Syrie" (Allemagne, Arabie saoudite, Egypte, Emirats arabes unis, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Jordanie, Qatar et Turquie) ont pourtant pressé l'opposition, qu'ils soutiennent, de participer à de futures négociations de paix en Suisse.

"La conférence de Genève ne peut réussir et nous n'y participerons pas si elle permet à Assad de gagner encore du temps pour faire couler le sang du peuple tandis que le monde regarde sans rien faire", a déclaré Ahmad Jarba, chef de la Coalition nationale syrienne, selon le texte de son discours.

Les Etats-Unis et la Russie se sont mis d'accord, en mai, sur une nouvelle conférence internationale consacrée à la Syrie, dite "Genève II", après la réunion de l'an dernier...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias