Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Les Suisses contraints au miracle

Des hautes écoles européennes ferment leurs portes aux Helvètes.

09 avr. 2014, 00:01
data_art_7956931.jpg

"Du travail de fourmi." Dans les bureaux de coordination de feu les échanges Erasmus de l'Université de Lausanne (Unil), Antoinette Charon Wauters, cheffe des relations internationales, n'est pas d'humeur badine. Depuis l'acceptation de l'initiative "contre l'immigration de masse", la Suisse est hors jeu des accords d'échanges "Erasmus+".

D'où l'obligation pour les services des hautes écoles helvétiques de faire des miracles: conserver "Erasmus+", rebaptisé Swiss-European Mobility Programme, en signer un nouveau sur le modèle bilatéral simple ou conclure une nouvelle convention (procédure la plus lourde).

Alors que cette vaste opération de rabibochage n'est de loin pas terminée, une quinzaine d'étudiants de l'Unil n'ont pas pu trouver de solution en prévision du semestre prochain. Ainsi, 280 candidatures ont été déposées (un nombre en augmentation cette année), dont 95 en médecine et 100 pour la faculté des hautes études commerciales.

Défunt accord reconduit

Les trois quarts environ des 210 partenaires de l'Unil reconduisent...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias