Réservé aux abonnés

L’UDC perd un chef «romandophile»

Après quatre ans de règne, Albert Rösti annonce son retrait de la présidence du premier parti de Suisse.
23 déc. 2019, 00:01
DATA_ART_13279792

C’est le coup de théâtre politique de cette fin d’année. Albert Rösti a pris tout le monde de court en annonçant, hier, dans les colonnes de «SonntagsBlick», son retrait de la présidence de l’UDC au printemps prochain.

Lorsque le conseiller national bernois de 52 ans passera le témoin, en mars, il aura occupé la présidence de l’UDC pendant quatre ans «seulement» – avant lui, Toni Brunner (SG) a tenu ce rôle pendant huit ans et Ueli Maurer, l’actuel président de la Confédération, une douzaine d’années.

Bringues cantonales

Alors, pourquoi partir si tôt? Dans «SonntagsBlick», Albert Rösti parle d’un...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois