Mexique: l'armée contrôle la ville où les 43 étudiants ont disparu

A la suite de la disparition de 43 étudiants, attaqués par des policiers municipaux et des narcotrafiquants, l'armée mexicaine a pris le contrôle lundi de la ville d'Iguala.

07 oct. 2014, 08:32
Le nouveau corps spécial de gendarmerie, soutenu par l'armée, est chargé des "tâches de sécurité publique".

Les forces fédérales mexicaines ont pris le contrôle de la ville d'Iguala, où ont disparu 43 étudiants attaqués par des agents municipaux et des narcotrafiquants, a annoncé lundi la commission nationale de sécurité. L'armée a procédé au désarmement de la police municipale.

Les policiers municipaux encore actifs seront transférés vers une base militaire dans le centre du pays, pendant que leurs armes seront examinées pour vérifier si elles ont servi à commettre des délits, a précisé un commissaire à la sécurité.

Le nouveau corps spécial de gendarmerie, soutenu par l'armée, est chargé depuis ce lundi des "tâches de sécurité publique" dans cette commune de 140'000 habitants, a poursuivi le commissaire.

Au total, 22 policiers d'Iguala ont été arrêtés, accusés de travailler pour un gang du crime organisé, Guerreros Unidos, après la fusillade survenue le 26 septembre dernier contre des autobus transportant des étudiants, pour des raisons encore inconnues.

Venus pour manifester

Les étudiants, élèves à l'école normale d'Ayotzinapa, connue pour être un foyer de contestation, étaient venus avec des dizaines d'autres du même établissement à Iguala, à 100 km de distance, pour, selon leur dire, récolter des fonds et manifester. Ils s'étaient ensuite emparés de trois autobus des transports publics locaux pour rentrer chez eux.

Des policiers municipaux et des hommes armés non identifiés avaient tiré sur ces autobus, faisant trois morts, et d'autres fusillades dans la soirée avaient fait trois autres morts.

Des témoins ont assuré avoir vu des dizaines d'étudiants être emmenés peu après dans des voitures de police vers une destination inconnue.

Les autorités locales ont annoncé dimanche que deux membres présumés d'un cartel criminel, alliés à la police locale, avaient avoué avoir tué 17 des étudiants disparus. Parallèlement, 28 corps ont été trouvés dans une fosse près d'Iguala.