Réservé aux abonnés

Nouvel avion de combat: être conseiller d’un fabricant et colonel de milice de l’armée pose-t-il problème?

Theo Staub, un colonel milicien, travaille pour l’avion F-35 de Lockheed Martin tout en étant incorporé à l’état-major de l’armée suisse. Pas de quoi gêner la hiérarchie militaire qui assure que le haut gradé est tenu à l’écart du processus d’achat.

11 janv. 2021, 00:01 / Màj. le 11 janv. 2021 à 06:37
Concepteur du F-35, le fabricant Lockheed Martin recourt à des conseillers spécialisés dans le domaine militaire.

Le coup de sifflet final approche. Plus de quatre ans après le lancement du projet Air2030, le Conseil fédéral choisira ces prochains mois le nouvel avion de combat de l’armée. Il tranchera sur le préavis de la ministre de la Défense Viola Amherd, qui lui soumettra son favori, sélectionné parmi les quatre prétendants en lice: le français Rafale, l’européo-allemand Eurofighter, et les américains F/A-18 et F-35. Chaque candidat jette ses dernières forces dans la bataille pour remporter la timba...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois