Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Prêter son drone s’avère plutôt risqué

23 mars 2018, 00:01

Les propriétaires de drones ont intérêt à assister les personnes auxquelles ils prêtent leurs engins. Sans cela, lors de dommages, ils risquent de voir la contribution de l’assurance réduite, selon le premier cas de drone traité par le médiateur de l’assurance privée.

Trente-six mille francs: c’est le prix du drone qu’un homme a prêté à une connaissance le temps d’un vol d’essai sur les rives d’un lac. L’utilisateur ayant malencontreusement éteint le GPS de l’appareil, celui-ci a chuté dans le lac. Le propriétaire s’était éloigné un instant. Cela lui a été fatal.

L’assurance responsabilité civile de l’utilisateur momentané a réduit sa contribution d’un tiers, mettant en avant la part de responsabilité du propriétaire du drone. Cette décision n’est pas attaquable, estime l’ombudsman de l’assurance privée et de la Suva dans son rapport 2017, publié hier.

Chère assurance RC

Le propriétaire du drone aurait dû être présent pendant que sa connaissance...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias