Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Randonnées: la chaleur augmente le risque de chutes de pierres

Les chutes de pierre sont plus nombreuses en cette période de fortes chaleurs et représentent une réelle menace pour les randonneurs et les alpinistes.

25 août 2015, 16:17
Walking boots on a rock with a mountain hiking trail sign, pictured on August 18, 2009 on the way between Kalktrittli and the Muttsee mountain cabin near Linthal in the canton of Glarus, Switzerland. (KEYSTONE/Alessandro della Bella)

Wanderschuhe auf einem Stein mit Bergwegzeichen, aufgenommen am 18. August 2009 auf dem Weg zwischen dem Kalktrittli und der Muttseehuette bei Linthal im Kanton Glarus. (KEYSTONE/Alessandro Della Bella)

Quand la canicule prend ses quartiers en plaine, les randonnées en altitude gagnent en attrait. Or cela n'est pas sans risque: les chutes de pierres sont plus nombreuses, car la chaleur fait fondre le permafrost.

Le permafrost est un sol gelé pendant plus de deux ans. Il est relativement stable, aussi longtemps que le thermomètre ne dépasse pas la barre du 0 degré. "Car ensuite, les chutes de pierres accompagnent généralement son dégel, a expliqué lundi à l'ats Ueli Mosimann, spécialiste du Club Alpin Suisse (CAS).

Depuis juin, il y a eu, en Suisse, six éboulements majeurs, souvent dans des endroits éloignés. "Mais cela peut aussi toucher des routes", a relevé Ueli Mosimann.

Vendredi dernier, un couple d'alpinistes genevois a perdu la vie sur le col des Planeureuses, au-dessus d'Orsières (VS), en raison de chute de pierres. La police cantonale valaisanne a lancé un appel à la prudence: "Les alpinistes et randonneurs doivent tenir compte de ce danger lors de la planification de leurs courses et de leurs déplacements", a-t-elle insisté.

Le spécialiste recommande lui aux grimpeurs et autres randonneurs de se renseigner auprès des organisations touristiques locales avant de se lancer. Les sentiers officiels et balisés seront fermés s'il y a danger de chutes de pierres, a poursuivi le spécialiste. "Les marcheurs doivent se conformer à ces indications."

Même si la température descend pendant un ou deux jours, le danger n'est pas écarté pour autant, prévient-il. Tôt le matin quand il fait encore frais, le risque reste présent, même s'il est un peu plus faible.

La chute est le plus grand danger

Le risque d'être tué par une pierre ou un rocher qui tombe est relativement faible. Selon le Bureau suisse de prévention des accidents (bpa), au cours des cinq dernières années, un total de 243 personnes sont mortes en Suisse en randonnée en montagne ou en faisant de l'alpinisme: la grande majorité (206 personnes) ont fait une chute fatale. Seules dix personnes ont été tuées par des pierres et autres roches.

Cette année, 22 randonneurs ont trouvé la mort en montagne: aucune d'entre elles n'a été causée par des chutes de pierres, a précisé le bpa à l'ats. Et près de 14 alpinistes ont connu le même sort, dont trois en raison de chutes de pierres.

Encore plus de personnes sont blessées chaque année dans de ce genre d'accidents. "Une grande partie d'entre eux pourraient être évités si la préparation était meilleure", lit-on sur le site "rando-en-securite". Celui-ci indique clairement les points à suivre avant de partir en montagne.

http://rando-en-securite.ch/campagne/pourquoi-une-campagne/

Votre publicité ici avec IMPACT_medias