Russie: le crash de l'avion en Egypte est bien un attentat pour les services secrets

Selon les services de renseignement russes, le crash de l'avion survenu dans le Sinaï est bel et bien un attentat.

17 nov. 2015, 09:44
/ Màj. le 17 nov. 2015 à 15:01
Des familles choquées par l'annonce du crash de l'avion russe transportant 224 personnes à l'aéroport de Saint-Pétersbourg.

Lors d'une réunion au Kremlin, le patron des services de renseignement russes, Alexander Bortnikov, a informé Vladimir Poutine de la nature terroriste de l'incident, des traces d'explosifs ayant été retrouvées sur les débris de l'appareil et sur les effets personnels de passagers.

"Selon les analyses de nos spécialistes, une bombe artisanale équivalant à un kilogramme de TNT a explosé durant le vol, provoquant la destruction de l'appareil en plein ciel, ce qui explique que de nombreux morceaux de la carlingue aient été dispersés sur une telle distance", a déclaré M. Bortnikov.

Chasse à l'homme

"Nous pouvons dire sans équivoque qu'il s'agissait d'un acte terroriste", a-t-il ajouté dans une déclaration qui n'a été rendue publique que mardi matin. Le chef de l'Etat russe a demandé aux services de sécurité de pourchasser les auteurs de l'attentat afin de les traduire en justice. "Nous les chercherons partout où ils peuvent se cacher. Nous les trouverons où qu'ils soient sur cette planète et nous les punirons", a déclaré M. Poutine, sans pour autant mettre en avant l'un ou l'autre groupe terroriste.

La Russie est prête à offrir 50 millions de dollars de récompense en échange d'informations l'aidant à identifier les "terroristes" responsables du crash, ont annoncé les services fédéraux de sécurité.

"Le FSB s'adresse à la communauté russe et internationale pour l'aider à identifier les terroristes", a annoncé le FSB dans un communiqué publié mardi sur son site Internet.

Plein feu sur Rakka

Le président russe a précisé qu'il s'agissait d'une des attaques les plus meurtrières commises dans l'histoire récente de la Russie. Il a ordonné, en représailles, une intensification des frappes aériennes en Syrie. "Notre campagne doit être intensifiée de telle manière que les criminels comprennent qu'un châtiment est inévitable".

Mardi matin, la Russie a d'ailleurs mené des frappes contre Rakka, le bastion de l'Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie, a-t-on appris de source gouvernementale française. "Les Russes sont en train de frapper fortement la ville de Rakka, c'est bien la preuve que de leur côté aussi il y a une prise de conscience", a déclaré cette source sans donner davantage de précisions.

Ces frappes "pourraient" avoir impliqué des missiles tirés depuis des navires en mer et des bombardiers à long rayon d'action, a affirmé mardi un responsable américain sous couvert de l'anonymat. Depuis plusieurs jours, le ministère russe de la défense est resté silencieux sur le nombre de frappes menées par les avions russes.

Ces raids surviennent après deux séries de frappes françaises qui ont visé en l'espace de 24 heures des centres de commandement et d'entraînement de l'EI, deux jours après les attentats de Paris.

Arrestations en Egypte

Les autorités égyptiennes ont de leur côté arrêté deux employés de l'aéroport de Charm el-Cheikh en lien avec l'attentat. "Dix-sept personnes sont détenues et deux d'entre elles sont soupçonnées d'avoir aidé ceux qui ont placé la bombe dans l'avion à l'aéroport.''

Un groupe affilié à l'EI en Egypte avait annoncé avoir commis un attentat contre l'Airbus de Metrojet provoquant la mort des 224 personnes, dont 217 passagers, qui se trouvaient à bord.