Sécheresse: les paysans et producteurs de céréales espèrent la pluie

La pluie est aux abonnés absents depuis près d'un mois en Suisse. Conséquence: les sols sont asséchés et les cultures de céréales et de colza risquent de souffrir sans son retour. Quelques averses sont annoncés pour la fin de la semaine et pourraient ne pas suffir.

17 avr. 2020, 12:59
Les rives du Sihlsee, dans le canton de Schwitz, ce jeudi.

Les paysans et producteurs de céréales espèrent la pluie pour ces jours. Si les terrains actuellement desséchés sont mouillés prochainement, les dégâts aux cultures devraient rester circonscrits.

Depuis un mois, il a très peu ou pratiquement pas plu dans de nombreuses régions de Suisse. Soleil, chaleur et bise ont asséché les sols. Plusieurs cantons dont Valais, Vaud et Jura ont déjà mis en garde, ou décrété des interdictions de faire du feu en raison du danger d’incendie de forêt.

Pour l’agriculture, la situation n’est pas encore dramatique, écrit le service d’informations agricoles alémanique (LID) dans un communiqué diffusé vendredi. Mais si la pluie tarde encore, cela pourrait devenir critique notamment pour les cultures de céréales.

Les sols contiennent encore assez d’humidité pour permettre la germination.
Pierre-Yves Perrin, directeur de la Fédération suisse des producteurs de céréales

L’ensemencement du maïs a débuté ces derniers jours. «Les sols contiennent encore assez d’humidité pour permettre la germination», estime Pierre-Yves Perrin, directeur de la Fédération suisse des producteurs de céréales. Il espère des précipitations dans les dix prochains jours.

Les cultures de céréales et de colza supportent aussi relativement bien la sécheresse pour l’heure. Mais des pluies dans les deux semaines sont indispensables, estime Sandra Helfenstein, porte-parole de l’Union suisse des paysans, citée par LID.

Meteosuisse n’annonce toutefois pour la fin de semaine que des averses éparses dans quelques régions. Et de nouveau une forte bise pour la semaine prochaine. Selon des données de l’EPFZ, également citée par LID, le printemps 2020 est le plus sec depuis dix ans.