Syrie: la Croix-Rouge négocie l'évacuation des blessés

Toujours pilonné par l'armée, le quartier de Baba Amr doit évacuer ses blessés à Homs, en Syrie.
05 août 2015, 15:46
evacuation_blesses_homs

Les négociations de la Croix-Rouge internationale avec les autorités et les opposants syriens ont repris dimanche en vue d'évacuer des blessés du quartier rebelle de Baba Amr, à Homs, toujours pilonné par l'armée syrienne. Parmi les blessés figurent deux journalistes occidentaux.

Les négociations, impliquant également le Croissant rouge syrien (CRAS), et «suspendues samedi soir ont repris ce matin avec la ferme volonté d'aboutir», a affirmé un diplomate occidental en poste à Damas.

Samedi, près de douze heures de discussions n'avaient pas permis l'évacuation des personnes ayant un besoin urgent de soins du quartier de Baba Amr, notamment les deux journalistes blessés, une Française et un Britannique, et le transfert des dépouilles de leurs deux confrères tués.

Une journaliste étrangère impliquée dans ces négociations avait affirmé samedi à l'AFP qu'à deux reprises les ambulances du Croissant rouge syrien étaient arrivées à Baba Amr. Mais elles avaient été bloquées par des membres de l'Armée syrienne libre (ASL), formée de militaires dissidents.

L'ASL a accusé le régime d'avoir arrêté neuf blessés évacués la veille mais le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a enquêté et «cela s'est avéré totalement faux», avait-elle ajouté.

Appel sur vidéo

Le CICR et le CRAS avaient réussi vendredi pour la première fois à évacuer sept blessés et vingt femmes et enfants malades de Baba Amr, un quartier anti-régime pilonné depuis plus de trois semaines par l'armée, mais pas les journalistes occidentaux.

L'Américaine Marie Colvin, grand reporter du Sunday Times, et le Français Rémi Ochlik, photographe à l'agence IP3 Press, ont été tués mercredi dans un bombardement qui a touché un appartement transformé en centre de presse à Baba Amr.

La journaliste française Edith Bouvier et le photographe indépendant britannique Paul Conroy ont été blessés dans ce même bombardement. Ils ont appelé dans des vidéos à leur évacuation au plus vite de Baba Amr pour recevoir des soins.

Déjà 22 morts dimanche

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 22 personnes, dont douze civils, ont été tuées dimanche en Syrie, au moment où le régime organisait un référendum sur une nouvelle Constitution.

«Neuf civils ont été tués par des tirs d'obus dans les quartiers de Hamidiyé et Boustane al-Diwan et quatre soldats dont un officier ont péri lors de combats avec des déserteurs dans le quartier d'al- Hamidiyé» à Homs, ville rebelle bombardée depuis plus de trois semaines, a précisé l'OSDH basé à Londres.

Ailleurs dans le pays, les forces syriennes ont tué deux civils dans la province de Deraa, dans le Sud, et un homme de 45 ans a été abattu à un barrage à Maaret al-Nomane (nord-ouest), a rapporté l'OSDH.

Trois membres des forces de sécurité ont été tués par des tirs sur leur véhicule dans la ville de Deraa. A Daël, deux soldats ont péri sur le toit d'une mosquée. A Nawa, un agent de sécurité a été tué et quatre autres blessés par des tirs visant leurs voitures, toujours selon l'OSDH.