Votations fédérales: la Jeunesse socialiste opte pour un «oui critique» à la loi sur le CO2

Les jeunes socialistes suisses ont décidé de soutenir la loi «controversée» sur le CO2, qui sera soumise au peuple lors des votations fédérales du 13 juin. Les délégués ont également réélu leurs instances dirigeantes, en large partie reconfirmées.

20 févr. 2021, 17:38
La présidente de la Jeunesse socialiste suisse, Ronja Jansen.

La Jeunesse socialiste suisse (JS) recommande d’accepter la loi sur le CO2 ainsi que les deux initiatives contre les pesticides. Les délégués, réunis en assemblée en ligne samedi, ont adopté leurs mots d’ordre pour les votations fédérales du 13 juin.

Les délégués ont opté pour un «oui critique» à la loi «controversée» sur le CO2, ont-ils indiqué dans un communiqué. Ils ont suivi par 94 voix contre 23 l’avis du parti socialiste qui a tenu la même assemblée il y a une semaine.

 

 

La loi sur le CO2 est un premier pas important vers un monde respectueux du climat, mais ce n’est qu’une étape, selon Pauline Schneider, vice-présidente de la JS suisse. Le parti plaide pour une véritable «justice climatique» qui passe par une régulation de la place financière suisse.

La loi sur le CO2 contient des mesures dans le domaine du transport aérien, des émissions industrielles et de l’assainissement des bâtiments. Ces mesures visent à réduire progressivement de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 1990.

Les jeunes socialistes recommandent également d’accepter l’initiative 'Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse' et celle 'Pour une eau potable propre et une alimentation saine – Pas de subventions pour l’utilisation de pesticides et l’utilisation d’antibiotiques à titre prophylactique'.

Lutte au fascisme

La JS a par ailleurs adopté une résolution visant à lutter contre le renforcement des mouvements fascistes dans le monde. Le parti a décidé d’étendre le réseau de soutien contre les attaques racistes, antisémites, d’extrême droite, homophobes et transphobes sur les réseaux sociaux à l’intérieur et à l’extérieur de ses propres structures.

L’accusation UDC d’une dictature du Covid prépare le terrain pour des attaques fascistes et anti-démocratiques.
Ronja Jansen, présidente des jeunes socialistes suisses

La présidente, Ronja Jansen, a pointé du doigt la responsabilité des partis de droite en Suisse. L’accusation UDC d’une dictature du Covid au sommet de l’Etat est très dangereuse, selon elle: «Cela prépare le terrain pour des attaques fascistes et anti-démocratiques, comme nous l’avons vu récemment au Capitole aux Etats-Unis».

Enfin, la Jeunesse socialiste a réélu ses instances dirigeantes. La députée zurichoise Leandra Columberg siègera au comité directeur en remplacement de Barbara Keller qui se retire. Les autres membres du comité directeur et de la présidence ont été confirmés dans leurs fonctions.