Zermatt: un objet cylindrique non identifié conduit à une explosion dans une cabane d'altitude

Le 19 décembre dernier vers 11h, une explosion s'est produite dans le réfectoire de la "Gandegghütte" à Zermatt. L'incident est dû à une pièce métallique cylindrique utilisée comme tisonnier dont l'origine pourrait être militaire. Un appel à témoins est lancé.
16 mars 2017, 10:21
Explosion dans une cabane d'altitude au-dessus de Zermatt

L'explosion a eu lieu le 19 décembre dernier, mais c'est aujourd'hui que la police cantonale a décidé de communiquer. En cause, l'analyse et l'enquête sur les raisons de l'incident survenu dans le réfectoire de la "Gandegghütte" au-dessus de Zermatt juste avant Noël.

Une femme de 30 ans grièvement blessée

Il était 11h00 environ, lorsqu'une employée allemande âgée de 30 ans, ayant allumé le fourneau à bois du réfectoire préalablement, s'est approché de la cheminée pour entretenir le feu. Elle a saisi une pièce métallique en forme de cylindre pour repousser un bois incandescent dans le brasier.

Au contact du feu, la pièce a explosé. "Grièvement blessée à la main droite, la victime a été transférée par un hélicoptère d'Air-Zermatt, au CHUV à Lausanne", précise le communiqué de la police. La jeune femme s'en est finalement sortie, malgré de graves séquelles à la main droite.

La pièce métallique pourrait être d'origine militaire

L'enquête a révélé des traces d'explosif. Sur les éclats de la pièce métallique rouillée, d'un diamètre d'une pièce de 2 francs et d'une longueur de 15 cm environ, des résidus de nitroglycérine et d'acide picrique ont été constatés ainsi qu'une concentration inhabituelle de plomb.

S'agirait-il d'une pièce militaire? "Jusqu'à la première guerre mondiale, dans certaines armées étrangères, l'acide picrique était utilisé comme explosif notamment dans la fabrication de grenades à main. Dès lors, il pourrait s'agir d'une vieille pièce de munition dont l'usage était militaire". Celle-ci avait été ramassée par la victime quelques jours auparavant au rez-de-chaussée.

Au téléphone, la police cantonale nous a précisé que la pièce ne fait pas partie de l'arsenal utilisé par l'armée suisse aujourd'hui ou par le passé. Il pourrait aussi s'agir d'un engin explosif utilisé pour le dégagement de roches.

Appel à témoin lancé

Dans le cadre de cette enquête, le Ministère public du canton du Valais demande à toute personne en mesure de fournir des indications sur cette pièce cylindrique ou toute autre information pertinente, de contacter la centrale d'engagement de la Police cantonale au 027 326 56 56. Le communiqué rappelle également les précautions à prendre en cas de découverte de ratés.

 

par Patrick Ferrari