Bibliothèque municipale de Lausanne: les incendiaires ont agi par énervement

Les deux femmes auraient bouté le feu à la bibliothèque municipale de Lausanne car elles n'auraient pas réussi à ouvrir le coffre-fort de l'établissement.
07 août 2015, 10:56
Un pompier travail sur l'incendie de la bibliotheque municipale de Lausanne ce dimanche 20 janvier 2013 a Lausanne. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les deux jeunes femmes qui ont bouté le feu à la bibliothèque municipale de Lausanne il y a huit jours ont agi par énervement. Elles ont vraisemblablement réagi émotionnellement au fait de ne pas réussir à ouvrir le coffre, selon le procureur en charge de l'enquête.

La deuxième prévenue, une Suissesse de 21 ans, a été arrêtée samedi en seconde partie d'après-midi, a indiqué lundi à l'ats le procureur Anton Rüsch, revenant sur une information publiée par le "Matin Dimanche". Elle a été entendue lundi dans la matinée. Ses propos ont permis d'éclaircir les faits, a relevé le magistrat.

Les deux femmes n'ont semble-t-il pas bouté le feu en raison d'un coup de tête inexpliqué, comme l'avait relaté la première prévenue, une Kosovare de 19 ans arrêtée jeudi soir. Elles auraient bien plutôt commis cet acte parce qu'elles n'ont pas réussi à ouvrir le coffre-fort, a poursuivi le procureur.

Les deux en cause

Le coffre ne contenait qu'une somme maximale d'environ 200 francs et des sauvegardes informatiques sans valeur marchande. Selon leurs déclarations concordantes sur ce point, toutes les deux ont bouté le feu simultanément, dans deux pièces distinctes. "On peut en revanche exclure tout geste d'animosité envers la bibliothèque", a noté M. Rüsch.

Une analyse minutieuse et rigoureuse des bandes vidéos installées récemment sur la Place Chauderon a permis à la police de retrouver les incendiaires. "Les deux jeunes femmes sont prévenues à ce stade d'incendie intentionnel et de tentative de vol. Elles n'ont aucun lien avec la scène de la drogue", a précisé le magistrat. "Pour l'heure, il n'y a pas d'autres suspects".

Autres procédures

"Le Tribunal des mesures de contrainte a accepté la demande de détention de la première prévenue pour trois mois, une requête qui peut être renouvelable, si je l'estime nécessaire", a relevé Anton Rüsch. Une demande a également été formulée pour sa complice.

Toutes deux font l'objet d'autres procédures. La Kosovare est soupçonnée de vols et brigandage, la Suissesse de brigandage, a noté le procureur.

Le sinistre a détruit les bureaux de la Bibliothèque municipale, au niveau de Chauderon. Quelques infiltrations d'eau ont été déplorées à l'étage inférieur où se situe la bibliothèque proprement dite. Environ 100'000 livres ont été recouverts de suie. La bibliothèque reste fermée jusqu'à nouvel ordre.