L'alliance de droite vante ses "tensions constructives" pour gagner

L'alliance de droite croit en ses chances de victoire au 2e tour des élections pour le Conseil d'Etat grâce à leur stratégie réfléchie qui met en avant la diversité des idées des différents courants représentés.
05 mai 2017, 15:02
Les conseillers d'Etat de droite réélus encouragent l'UDC Jacques Nicolet et la Vert'Lib Isabelle Chevalley pour le deuxième tour.

Après "le compromis dynamique", place "aux tensions constructives": la nouvelle alliance de droite vaudoise croit la victoire "possible" lors du second tour de l'élection au gouvernement. Les conseillers d'Etat élus et les deux candidats se disent sereins.

"Nous sommes calmes, posés, la stratégie du centre-droit est réfléchie. Nous demandons (à nos adversaires) le respect mutuel du verbe et du mot", a déclaré vendredi matin Pascal Broulis en ouvrant la conférence de presse de la nouvelle alliance de droite.

Outre les trois PLR Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba réélus le 30 avril, l'UDC Jacques Nicolet et la Vert'libérale Isabelle Chevalley ont pris la parole à Lausanne. Ils ont assuré que la victoire lors du second le 21 mai était "possible" et qu'il fallait "casser les rayons et voter compact".

"Droite plurielle"

"La gauche est plurielle, eh bien la droite peut aussi être plurielle. Nous nous renforçons", a poursuivi Pascal Broulis. Il s'est dit étonné que l'on puisse critiquer cette alliance, alors que personne ne s'étonne que les socialistes et les Verts puissent recevoir le soutien des "trotskystes et des communistes".

"Le meilleur thermomètre de nos chances de succès est l'énervement de nos opposants", a lancé Philippe Leuba. "Mais on l'a vu à Paris (débat Macron-Le Pen), l'agressivité est l'arme des perdants", selon le conseiller d'Etat, en allusion aux critiques de la gauche vaudoise après l'annonce du ticket UDC-Vert'libéraux pour le second tour.