Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Comment parler des attentats?

Discuter des événements du week-end est délicat mais nécessaire, selon des enseignants.

16 nov. 2015, 23:17
/ Màj. le 17 nov. 2015 à 00:01
School class teacher giving lesson in front of a blackboard or board teaching students or pupils, they are raising their hands as they know all the answers Lehrer unterrichtet Schler in Klasse einer Schule

mario togni - le courrier

info@lacote.ch

Faut-il parler des attentats de ce week-end à l’école? Si oui, comment les aborder? Autant de questions que les enseignants vaudois, comme les autres, se sont posées à l’heure de reprendre les cours hier matin. Lorsque de tels événements se produisent, le malaise n’est jamais loin. Beaucoup de profs abordent néanmoins spontanément le sujet avec leurs élèves.

C’est le cas de Julien Eggenberger, enseignant au Secondaire I à Lausanne et président du SSP-Vaud. «J’en ai discuté avec mes classes ce lundi matin, témoigne-t-il. Les élèves étaient très au courant, lucides mais aussi inquiets.» Pour lui, il est essentiel de répondre à leurs questionnements et sentiments. «La peur est légitime, il faut la saisir, la comprendre et la dépasser.» Lui a choisi d’afficher l’image de Marianne en pleurs, largement diffusée sur les réseaux sociaux, comme point de départ de la discussion. «Le débat s’est...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias