Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des pâtes italiennes pour fêter ensemble

Une première Pasta Party a rassemblé les personnes esseulées pendant les fêtes aux Tattes d’Oies.

27 déc. 2017, 17:57
Velia Pelizzolia, Helena Zindel et Maria Caputo trinquent en l'honneur du repas solidaire organisé à la maison de quartier des Tattes d'Oies

Des pâtes à toutes les sauces préparées par deux sœurs italiennes, il y avait de quoi attirer du monde hier à midi au local  de quartier des Tattes d’Oies. 


Cette première édition est née sur l’idée lancée par la Ville et Pro Senectute d’organiser des repas publics afin de rassembler les personnes isolées pendant les fêtes. «Ce type d’événement se faisait déjà à Gland, on a souhaité lancer ça à Nyon aussi», explique Michel Piguet, chef du service Enfance, logement et cohésion sociale.

«On fera le bilan en janvier, poursuit Michel Piguet, mais on va sûrement poursuivre et étendre ce projet l’année prochaine». Ces repas se veulent intergénérationnels et ouverts à tous, pas seulement aux gens du quartier.

 

Les jeunes au ski, les aînés seuls...

Aux Tattes d’Oies ce midi, c’était surtout une joyeuse assemblée de personnes âgées du coin, qui se connaissaient presque toutes, logeant pour la plupart à la maison protégée du quartier. «C’est parce que les enfants sont en vacances, estime Maria Caputo, une des organisatrices. Mais le sapin qui trône au milieu de la salle a été décoré par les  bambins du quartier, qui jouent souvent ici.

Leur absence pointe l’utilité de ces repas: «A cette période les gens vont skier, les jeunes partent à la montagne, et les personnent âgées peuvent se retrouver isolées», raconte Velia Pelizzola, organisatrice du repas avec sa sœur.


Le repas a tout de même attiré un  «Monsieur» inconnu des habitués. Venu à vélo sous la pluie depuis Gland, passant après son café à la Combe, Philippe de Neff a rejoint la communauté. Et il a eu une très bonne surprise: «Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi sophistiqué!» Sponsorisé par la ville, le repas ne coûtait que 5 francs.


Un prochain repas est prévu jeudi 4 janvier à 11h30, à la Maison de quartier de la Levratte. Une soupe offerte sera complétée par un repas canadien.

                                                                                                                                                         Par Nathalie Hug

Votre publicité ici avec IMPACT_medias