Astonomie GE: l'Observatoire de Genève dispose d'un bâtiment dernier cri

Tout nouveau, tout beau, l'Observatoire de l'Université de Genève, à Versoix, a pris ses quartiers, ce lundi dans son écrin: l'Astrotech. Bientôt le site va pouvoir bénéficier de l'installation d'appareils astronomiques de dernière génération.
27 juin 2016, 17:40
/ Màj. le 27 juin 2016 à 19:21
Un nouvel outil dernier cri à l'Observatoire de Genève.

L'Observatoire de l'Université de Genève, à Versoix, a pris ses quartiers, lundi, dans un bâtiment tout neuf, baptisé Astrotech. Des appareils astronomiques de dernière génération y seront montés, dans une salle protégée des poussières.

Dans cette salle dite blanche, le nombre de particules d'un demi-micron de diamètre reste inférieur à 325'000 par mètre cube. Les personnes qui travaillent dans ce lieu ont l'obligation d'endosser une combinaison de cosmonaute, afin de garantir la propreté de l'endroit.

Le spectrographe ESPRESSO est actuellement assemblé dans cette salle blanche. L'appareil ultra perfectionné et sensible, conçu dans le cadre d'un projet international, est destiné à être utilisé dès 2017 pour la détection de planètes semblables à la Terre, a rappelé l'Université de Genève.

Astrotech pionnière dans l'astrophysique

Grâce à Astrotech, l'Observatoire de l'Université de Genève pourra asseoir sa position pionnière dans le domaine de l'astrophysique. Le centre de recherche sis à Sauverny jouit d'une notoriété internationale depuis la découverte en 1995 par Michel Mayor et Didier Queloz, de la première planète extrasolaire.

Les compétences et le savoir-faire des équipes de recherche de l'observatoire genevois ont permis à l'Université de Genève d'apparaître comme un partenaire incontournable des grandes agences internationales, comme l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Observatoire européen austral (ESO).

Le coût de construction d'Astrotech s'est élevé à 17,3 millions de francs. Les travaux, qui ont duré moins de deux ans, ont été financés par l'Etat de Genève, avec le soutien de la Confédération. Outre une salle blanche, Astrotech abrite un nouvel atelier mécanique et des bureaux pour les chercheurs.