Conflit social: les maçons genevois vont remettre une couche ce jeudi

Les maçons genevois luttent contre le dumping salarial et social, la fragilisation de leur statut et annoncent une grève pour ce jeudi. Ils reprochent à la Société suisse des entreprises de refuser de négocier.

08 déc. 2015, 15:16
Les fonctionnaires et les macons en greve defilent ensemble, ce mercredi 11 novembre 2015 a Geneve. Pres de 3000 macons, selon le decompte des syndicats, defilent dans les rues de Geneve pour defendre leurs conditions de travail. Ils sont soutenus par quelque 4500 fonctionnaires du canton, en greve depuis mardi. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Les maçons genevois lancent un ultimatum aux entrepreneurs jusqu'à jeudi. En l'absence d'une négociation semblable à celle entamée à l'échelon national, ils se prononceront en début de matinée sur une reprise immédiate d'une grève reconductible.

L'intersyndicale SIT, Unia et syna reprochent à la section genevoise de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) de refuser la négociation. Certes, des accords doivent d'abord être ratifiés par la centrale de la SSE, mais rien n'empêche la discussion, souligne-t-elle dans un communiqué.

Sur le fond, les maçons accusent les entreprises de niveler les prix vers le bas pour remporter des marchés. Une situation qui a provoqué selon eux une explosion du travail temporaire et fragilisé le statut du personnel, avec comme conséquences un dumping social et salarial.

Licenciements faciles au profit de collaborateurs temporaires

Selon l'intersyndicale, les conditions météorologiques défavorables ou le manque de protection des plus de 50 ans poussent les entrepreneurs à licencier facilement leurs employés pour engager des collaborateurs temporaires, moins chers. Les sous-traitants posent aussi problème pour la protection des employés, en termes de salaires comme d'assurances sociales.

Près de 3000 maçons genevois au total avaient déjà manifesté en novembre. Comme leurs collègues de plusieurs cantons, ils exigeaient d'obtenir des négociations avec le patronat sur le renouvellement de la convention nationale du secteur principal de la construction (CN).