Genève Aéroport accuse une «perte massive» en 2020

Genève Aéroport a fortement souffert des mesures de restrictions visant à endiguer la propagation du coronavirus qui ont causé un effondrement du trafic aérien l’an dernier. L’exploitant du tarmac genevois a subi une perte nette «massive» de 129,5 millions de francs, contre un bénéfice de 84,1 millions de francs en 2019.

17 févr. 2021, 11:45
Genève Aéroport a fortement souffert des mesures de restrictions visant à endiguer la propagation du coronavirus.

Les recettes ont chuté de 61% à 191,2 millions de francs, indique mardi Genève Aéroport. Les revenus aéronautiques ont dégringolé de deux tiers pour atteindre 94,3 millions, en raison de la baisse du trafic passagers. Pour les autres activités, la contraction du chiffre d’affaires atteint 55% à 96,9 millions.

Dans ce contexte de crise, l’exploitant aéroportuaire a repoussé des investissements, qui se sont élevés à 134,6 millions de francs au titre de 2020. L’année précédente, près d’un quart de milliard avait été injecté dans différents projets. La poursuite des plus importants, comme l’aile est, le remplacement du tri-bagages et le développement du réseau thermiques a été préservée, précise le communiqué.

Afin d’assurer suffisamment de liquidités, Genève Aéroport a émis un emprunt obligataire l’année dernière et s’est attelé à réduire ses dépenses. Les charges de personnel ont été allégées de 12,3% à 19,5 millions de francs et celles de fonctionnement de près de 40% à 68 millions de francs.

Réduction d’effectifs

Le taux global de réduction de l’horaire de travail a atteint 27,8%, ce qui a permis à la société de percevoir des remboursements de salaires de plus de 21 millions de francs. Genève Aéroport a par ailleurs procédé à un gel des embauches et n’a pas remplacé automatiquement des postes libérés.

Les contrats à durée déterminée n’ont pas été reconduits. Les employés ont par ailleurs dû renoncer à leurs primes, à la compensation des soldes d’heures et de vacances, selon le communiqué.

Au 31 décembre, l’exploitant aéroportuaire genevois comptait 1041 équivalents plein-temps (EPT), 29 de moins qu’à fin 2019. Au terme du mois de janvier, l’effectif s’élevait à 1018 EPT.

A mi-janvier, Genève Aéroport avait publié ses chiffres du trafic passager, dont le nombre a chuté de 68,8% sur un an à 5,6 millions de personnes. Le nombre d’atterrissages et de décollages a été amputé de plus de la moitié (-53,6%) à 86’353 mouvements.