Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Genève: le budget divise le Grand Conseil en deux clans

Deux blocs s'affrontent très clairement lors des débats sur le budget 2013 à Genève. D'un côté le flanc PLR-UDC-MCG vote une coupe linéaire de 2%. De l'autre, le PS, les Verts et le PDC déplorent les effets désastreux.

15 mars 2013, 14:49
"Ce choix fait des dégâts et les conséquences sont douloureuses", a relevé le député Vert Christian Bavarel à propos de la coupe linéaire du budget de 2% réclamé par la droite genevoise. "On demande simplement une participation à l'effort collectif pour faire des économies", a rétorqué le MCG Eric Stauffer (photo).

Le Grand Conseil genevois a repris vendredi ses débats sur le budget 2013. Deux blocs continuent à s'affronter: d'un côté l'axe PLR-UDC-MCG qui a voté jeudi une coupe linéaire de 2% et de l'autre le PS, les Verts et le PDC qui en déplorent les effets désastreux.

"Ce choix fait des dégâts et les conséquences sont douloureuses", a relevé le député Vert Christian Bavarel. "On demande simplement une participation à l'effort collectif pour faire des économies", a rétorqué le MCG Eric Stauffer.

Le MCG a tenté à plusieurs reprises d'arrêter cette "mascarade budgétaire" en déposant des motions d'ordre pour couper court aux débats. Mais ces requêtes qui doivent être acceptées par deux tiers des députés ont chaque fois été refusées.

Les discussions se poursuivent. La gauche met en évidence les conséquences négatives qu'aura la coupe budgétaire sur le travail des associations. La droite rétorque que des synergies sont toujours possibles pour faire des économies.

Provacation

La coupe de 2% représente des économies de près de 100 millions de francs pour obtenir un budget équilibré. Pourtant, le PLR et le PDC semblaient d'accord dans un premier temps pour soutenir un budget avec un déficit de 98,4 millions pour des charges de 8,9 milliards.

C'était sans compter le revirement du PLR à la suite d'une provocation des socialistes. Ces derniers ont obtenu, grâce au soutien de circonstance de l'UDC et du MCG, l'ajout à l'ordre du jour de la suspension du bouclier fiscal.

483 postes d'enseignants

Réaction immédiate du PLR qui refuse toute hausse d'impôts: ils ont déposé un amendement pour une coupe linéaire de 2%. Le Conseil d'Etat a mis en garde contre ces économies forcées: il faudra par exemple supprimer 483 postes d'enseignants à la rentrée, a expliqué le président du Conseil d'Etat Charles Beer.

Un rebondissement n'est pas exclu dans l'après-midi. Le Conseil d'Etat pourrait par exemple interrompre les discussions en ne demandant pas de troisième débat. La crise pourrait ensuite se désamorcer avec un refus de la suspension du bouclier fiscal. En attendant, Genève n'a toujours pas de budget.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias