Genève: un chacal doré identifié par une vidéo dans une forêt

Un chacal doré européen est arrivé naturellement dans une forêt genevoise. C'est un animal proche du renard qui vit à proximité des villes et se nourrit de déchets et d'animaux morts. Sa présence est plus marquée vers l'ouest de l'Europe.

24 janv. 2019, 18:37
Le chacal doré fait l'objet de mesures de protection.

Un chacal doré a été identifié à Genève grâce à une séquence vidéo enregistrée en décembre 2018 dans les bois de Jussy. Totalement inoffensif, l'animal, signalé en Suisse depuis 2011, ressemble à un chien de taille moyenne à la fourrure touffue.

Un animal aux grands yeux sombres, les oreilles enfoncées dans une épaisse fourrure d'hiver, s'approche d'un appareil à déclenchement automatique qui l'intrigue beaucoup. Curieux, il le renifle attentivement puis reprend tranquillement son chemin.

Cette séquence inattendue a été découverte par les gardes de l'environnement qui dépouillaient les données du suivi de la faune dans les espaces naturels, rapporte le canton de Genève jeudi dans un communiqué. L'identification faite par les gardes genevois a été confirmée par les spécialistes: ces images constituent la première vidéo montrant un chacal doré sur le territoire suisse.

La surprise en réalité n'est pas totale. Peu connue du public, l'espèce est en effet notée en Suisse depuis presque une dizaine d'années. Elle connaît actuellement une expansion naturelle vers l'ouest de l'Europe.

 

 

Précieux travail

L'alimentation et le mode de vie du chacal doré le rapprochent du renard. Tout comme lui, il peut vivre à proximité des espaces habités en passant largement inaperçu. Il tire parti des petits rongeurs là où ils sont abondants, ce qui fait de lui un auxiliaire de l'agriculture.

L'espèce n'hésite pas à se nourrir aussi de déchets et d'animaux morts. Ce précieux travail d'éboueur lui vaut paradoxalement une mauvaise réputation, héritée d'un temps où l'action des carnivores, loup, en faveur des équilibres naturels était largement méprisée. Ces espèces font désormais l'objet de mesures de protection. Le chacal est, lui, aussi réhabilité dans la législation des pays européens.

Unique pour Genève

Cette observation, l'une des plus occidentales pour cette espèce occupant actuellement le centre et le sud-est de l'Europe, demeure à ce stade unique pour Genève. Les espaces naturels du canton, diversifiés et riches en ressources alimentaires grâce à une gestion dynamique, remplissent cependant toutes les conditions pour accueillir durablement ce nouveau venu pour la faune locale.

La vidéo enregistrée dans les bois de Jussy fait écho à plusieurs observations de cette espèce dans le Chablais savoyard depuis l'automne 2017. Il pourrait s'agir du même individu explorant cette région à cheval sur la frontière.