Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Genève: une partie du personnel de Gate Gourmet en grève

Une partie du personnel de Gate Gourmet est en grève samedi matin à Genève. Il entend protester contre la dénonciation par son employeur de la convention collective de travail (CCT).

14 sept. 2013, 13:21
La décision a été prise après un examen par le jury des dossiers de finalistes sélectionnés par les lecteurs d'Air Transport News (ATN).

Une partie de l'unité genevoise de Gate Gourmet s'est mise en grève tôt samedi matin, a indiqué le syndicat SSP. Le personnel proteste contre son employeur qui a dénoncé pour le 31 décembre la convention collective de travail (CCT) vieille de 17 ans.

Actuellement, 122 personnes de Gate Gourmet Genève sont sous CCT", a indiqué Yves Mugny, secrétaire central du SSP contacté par l'ats. "Et 86 d'entre eux ont reçu vendredi leur congé-modification, c'est-à-dire qu'il leur est demandé d'accepter des conditions salariales revues à la baisse. En cas de refus, ils seront licenciés".

Le syndicat dénonce le chantage dont font l'objet les employés. "Soit vous acceptez qu'on vous baisse vos conditions, soit vous prenez la porte", écrit-il dans un communiqué au terme d'une conférence de presse samedi matin à Genève. Pour le SSP, c'est "une déclaration de guerre sans précédent".

L'unité genevoise du groupe assure plus de 70% du catering de l'aéroport de Genève, rappelle M. Mugny. En milieu de journée, cette grève n'avait entraîné aucune perturbation à l'aréoport de Genève-Cointrin.

Tous les avions sont partis à l'heure et avec leurs plateaux-repas, a indiqué à l'ats Bertrand Stämpfli, porte-parole de l'Aéroport. Des intérimaires ont commencé leur travail normalement et des cadres ont été appelés en renfort pour assurer le ravitaillement des avions en repas, a précisé M. Mugny.

Bénéfices et coupes

"Confrontée à une intense pression des lignes aériennes sur les marges, Gate Gourmet doit impérativement adapter ses coûts au marché", a expliqué samedi le groupe dans un communiqué. Le syndicat relève au contraire le développement positif des résultats de l'entreprise.

Son bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) a passé de 6,4% en 2011 à 8,6% en 2012 et même, sur la base des huit premiers mois, à 10% en 2013, écrit le SSP. D'après lui, le groupe veut augmenter sa marge de profit en cassant les conditions de travail du personnel.

Et le syndicat de publier le détail d'une douzaine de coupes, allant de baisses de salaires au relèvement de l'âge de la retraite, de 63 à 64 pour les femmes, respectivement de 64 à 65 ans pour les hommes, en passant par la suppression des heures supplémentaires majorées ou la réduction des participations aux charges sociales.

Ping-pong

Selon le SSP, Gate Goumet a refusé de se soumettre à l'arbitrage de la Chambre des relations collectives de travail, ne laissant au syndicat d'autres possibilités que la lutte. "En violant ainsi unilatéralement la paix du travail, il a commis la plus honteuse opération de dumping que nous ayons connu sur le canton", écrit le SSP.

La direction de Gate Gourmet affirme au contraire avoir rencontré à plusieurs reprises le syndicat, afin de négocier une nouvelle CCT. Mais "malheureusement le SSP/VPOD de Genève n'a pas voulu entrer en matière jusqu'à ce jour et aucun accord n'a été trouvé", a regretté le groupe.

A fin août, Gate Gourmet annonçait déjà n'avoir pas réussi à trouver un accord avec les syndicats à Genève pour adapter ses coûts. L'entreprise de catering a dénoncé en conséquence l'actuelle convention collective du travail pour le 31 décembre, tout en assurant vouloir pérenniser les emplois.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias