Inquiétude à Genève: 70 personnes positives à la souche mutante

Les autorités sanitaires genevoises sont inquiètes face à la progression très rapide des cas positifs à la souche mutante du coronavirus. Au total, 69 personnes ont été infectées par le variant britannique et une par le variant sud-africain depuis le premier cas identifié à Noël.
15 janv. 2021, 17:45
La médecin cantonale genevoise a fait part de son inquiétude.

On est passé rapidement de 20 à 70, a relevé vendredi la médecin cantonale Aglaé Tardin. Un cas d’infection à la souche britannique a été identifié dans un EMS. Des mesures ont été prises pour éviter une flambée, a précisé Mme Tardin. Au total, entre 120 et 150 nouvelles infections sont dépistées chaque jour et 400 personnes sont hospitalisées pour un Covid sévère.

La stratégie de traçage avec les enquêtes d’entourage a été renforcée pour freiner la progression de la nouvelle souche qui est beaucoup plus contagieuse. Il est désormais recommandé à chaque personne ayant été exposé au virus de se faire tester au cinquième jour de sa quarantaine. L’objectif n’est pas de raccourcir la quarantaine mais d’identifier au plus vite une infection.

Engouement

Alors que l’inquiétude persiste, la campagne de vaccination se déploie de manière très satisfaisante, selon le canton. En moyenne, environ 900 personnes sont vaccinées chaque jour, a relevé la pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi. Depuis le début des injections le 28 décembre, 6219 personnes ont reçu la première dose.

L’engouement de la population pour le vaccin est réjouissant, selon le directeur de la santé Adrien Bron. Plus de 18’000 personnes de plus de 75 ans, le premier groupe prioritaire, sont inscrites et 6000 sont en attente d’un rendez-vous. L’objectif est d’utiliser rapidement toutes les doses à disposition pour le canton.

Genève a d’ailleurs reçu vendredi matin 10 500 doses du vaccin Moderna qui vient d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché. Le canton pourra prochainement ouvrir trois nouveaux centres de vaccination aux HUX, à la Clinique des Grangettes et la Clinique générale Beaulieu. Il compte aussi élargir l’accès au vaccin aux personnes vulnérables de moins de 75 ans.