Le canton et la Ville de Genève se partagent la culture

Le canton et la Ville de Genève se sont répartis les responsabilités en matière de politique culturelle afin de supprimer les doublons en matière de subventions.

18 nov. 2015, 19:28
Le statu quo prévaudra concernant les subventions aux compagnies à fort rayonnement national ou international, au Musée international de la Croix-Rouge et à la Fondation Bodmer, à Cologny.

Dans le cadre de la nouvelle répartition des tâches, le canton et la Ville de Genève ont conclu un accord clarifiant les rôles et responsabilités en matière de politique culturelle. Conséquence: la plupart des institutions n'auront plus qu'une seule source de subventions.

La première phase vise à supprimer les doublons relatifs aux institutions et manifestations dites "intermédiaires", comme les théâtres, les salles de musique ou encore les multiples festivals actuellement financés tant par la Ville et que le canton. Dès 2017, la Municipalité subventionnera seule ces 31 institutions, a annoncé Anne Emery-Torracinta.

Détaillant l'accord signé mercredi, la conseillère d'Etat en charge de la culture a indiqué que la Ville financera tout ce qui relève de la création, tandis que le canton prendra en charge la diffusion et les mesures d'accès à la culture, comme les billets réduits. Il reprendra aussi la politique du livre, mais les prix et bourses dans ce domaine continueront à être subventionnés par les deux entités.

Le statu quo prévaudra concernant les subventions aux compagnies à fort rayonnement national ou international, au Musée international de la Croix-Rouge et à la Fondation Bodmer, à Cologny. Cette dernière pourrait toutefois revenir au canton à l'instar de la politique du livre. Enfin, le Musée d'art et d'histoire et les autres musées municipaux resteront du ressort de la Ville.

Nouvelle Comédie à la Ville

Quant à la seconde phase, qui interviendra dès 2018 et 2019, elle pourrait voir le transfert partiel ou complet des grandes institutions culturelles - Grand Théâtre, Orchestre de la Suisse romande et Bibliothèque de Genève - au canton. Il faudra étudier quelle est la meilleure solution pour chaque institution en fonction du statut du personnel, des bâtiments et collections.

Répondant aux inquiétudes du Grand Conseil, qui doit voter un crédit d'investissement de 45 millions pour la construction de la Nouvelle Comédie, l'accord stipule que la Ville se chargera de subventionner son budget de fonctionnement, comme celui des autres scènes d'art dramatique. Le chantier doit être ouvert à mi-2016, faute de quoi il ne pourra l'être qu'après la mise en service du CEVA en 2019.