Les cafetiers genevois priés de la mettre en sourdine

Un dispositif censé réduire les nuisances sonores est mis en place à Genève. Les cafetiers devront notamment engager un chuchoteur et délimiter leur terrasse.

08 oct. 2013, 17:07
Du respect du dispositif "Sonitus" à Genève dépendra la modification de la loi sur l'ouverture des terrasses.

Afin de lutter contre le bruit, la Ville de Genève veut davantage responsabiliser les exploitants de cafés-restaurants. A l'essai depuis le 1er juin, le dispositif "Sonitus", qui fixe notamment les conditions d'ouverture des terrasses jusqu'à 2 heures du matin, est confirmé.

"Le bruit est un facteur de nuisance important pour une grande partie de la population", a relevé mardi devant les médias le conseiller administratif Guillaume Barazzone, en charge du département de l'environnement urbain et de la sécurité. S'il faut trouver un équilibre entre le droit au repos et celui de s'amuser, la collectivité se doit d'agir avant qu'un drame ne se produise.

Depuis juin, la Ville applique la loi municipale relative à l'exploitation des terrasses après minuit. La moitié des 920 terrasses situées sur la commune et qui veulent ouvrir jusqu'à 2 heures doivent se plier à un certain nombre de conditions: affiches pour sensibiliser les clients au bruit, formation ad hoc du personnel et présence dans l'établissement d'un responsable.

En outre, les établissements qui ont fait l'objet de plaintes en 2012 doivent engager un chuchoteur, délimiter le périmètre de leur terrasse et utiliser des gobelets consignés dès minuit. L'autorisation d'exploiter une terrasse en 2014 sera basée sur les actions qu'ils ont entreprises et les résultats obtenus.

Horaires confirmés

Le dispositif Sonitus comprend aussi la création d'une base de données, avec un historique des contrôles effectués par les agents de la police municipale (APM). En juin, les horaires des APM ont été étendus à 03h00 les jeudis, vendredis et samedis afin d'accompagner la fermeture des bars. Le test a été tellement concluant que cet horaire sera confirmé dès janvier, a fait savoir M. Barazzone.

Les APM ont effectué 663 contrôles. Ils ont distribué 37 avertissements pour nuisances sonores et adressé 27 dénonciations au Service du commerce du canton. L'inventaire des interventions doit faciliter le partage de l'information entre APM mais aussi avec les établissements concernés, afin qu'ils corrigent ce qui doit l'être rapidement.

Meilleure coordination

Les informations seront aussi partagées avec les services ad hoc de l'Etat, afin d'améliorer la coordination entre autorités. "Je suis totalement opposé aux punitions collectives, a déclaré le magistrat. La nouveauté consiste à prendre des mesures ciblées et proportionnées au cas par cas. Je n'aurai aucun problème à rendre des sanctions plus sévères pour ceux qui ne jouent pas le jeu."

"Cet outil est une première", a salué le président de Société des cafetiers, restaurateurs et hôteliers de Genève Laurent Terlinchamp, qui a participé à sa mise en place. Selon lui, seuls 5% des terrasses créent un problème au voisinage. La Ville de Genève a identifié quatre lieux "chauds": la rue de l'Ecole-de-Médecine à Plainpalais, la rue Henri-Blanvalet aux Eaux-Vives, le quartier des Pâquis et la Vieille-Ville.