Les délinquants de la route dans le viseur de la justice genevoise

La justice genevoise punira plus durement les délinquants de la route avec de nouvelles sanctions adaptées aux nouvelles mesures fédérales en la matière.
07 août 2015, 10:52
Genève est, avec Zurich, parmi les premiers cantons à s'être adapté aux nouvelles règles instaurées par "Via Sicura".

Les délinquants de la route seront désormais punis plus lourdement à Genève. Le canton du bout du lac a adapté à la hausse son barème de sanctions en tenant compte de l'entrée en vigueur, début janvier, des mesures fédérales contenues dans "Via Sicura".

"Nous avons pris le parti de la sévérité", a déclaré mercredi devant la presse le procureur général du canton de Genève, Olivier Jornot. L'apparition dans la loi du "délit de chauffard", qui prévoit une peine allant de 1 à 4 ans de prison pour le coupable de cette infraction, a changé la donne.
 
"Si nous n'avions pas retouché le barème, il y aurait eu des effets de seuil considérables", a fait remarquer M.Jornot. Pour quelques km/h de différence, la punition serait passée de jours-amende à un an de prison minimum. Le Ministère public genevois a donc lissé le barème des sanctions, afin d'éviter des sauts trop brusques.
 
Une soixantaine de cas par année
 
En 2011, la police genevoise a dénombré 56 cas qui entraient dans la catégorie des "délits de chauffard". Jusqu'en octobre de l'année dernière, elle en a recensé 45. On peut compter sur une soixantaine d'affaires par année uniquement pour des excès de vitesse, a relevé la cheffe de la police genevoise Monica Bonfanti.
 
Le ministère public genevois a également donné un tour de vis concernant la conduite en état d'ébriété. Le tarif des jours-amende a été revu à la hausse pour les conducteurs fautifs. Les cas graves, soit des taux d'alcool de 3 pour mille dans le sang, seront pour leur part renvoyé en jugement devant le Tribunal pénal.
 
Genève est, avec Zurich, parmi les premiers cantons à s'être adapté aux nouvelles règles instaurées par "Via Sicura". Le temps entre l'adoption de la loi par les Chambres fédérales et son entrée en vigueur a été extrêmement court, a noté M.Jornot. Beaucoup de cantons sont encore en train de plancher sur le sujet.