Notes de frais à Genève: «Il y aura un avant et un après!»

Le scandale causé par les notes de frais considérables de certains conseillers administratifs de la Ville de Genève a provoqué un séisme au sein de l’exécutif municipal. «Le rapport de confiance a été ébranlé», a admis le maire de la Ville de Genève Sami Kanaan, dans une interview lundi à la «Tribune de Genève».

21 janv. 2019, 11:16
Le maire de Genève, Samy Kanaan, le dit: le séisme des notes de frais a ébranlé le rapport de confiance.

«Il y aura un avant et un après rapport de la Cour des comptes», souligne l’élu socialiste. Ce dernier dit avoir «été choqué de découvrir certaines pratiques très discutables». Le magistrat appelle maintenant à tourner la page, afin de «repartir sur des bases saines».

Une quinzaine de textes liés à l’affaire ont été déposés au Conseil municipal. Le délibératif devra les traiter le plus rapidement, estime M. Kanaan, dans le but «de ne pas handicaper d’autres dossiers importants». Selon le maire de Genève, ce travail devrait être fait «dans les quatre à six prochaines semaines».

Des mesures ont déjà été prises. Un dispositif des frais a été créé. Une charte des valeurs sera instaurée, qui complétera une version actualisée de la réglementation sur les frais. «L’enjeu, ce ne sont pas seulement les règles, mais aussi les attitudes et les comportements face à elles», note le maire.