Recherche scientifique: le projet "Graphene" bénéficie aussi d'un milliard d'euros sur dix ans

Outre le "Human Brain Project" de l'EPFL, l'Union Européenne alloue également un millard d'euros à un second projet helvétique. "Graphene" comprenant cinq institutions suisses dont l'Université de Genève a obtenu ce financement.

28 janv. 2013, 15:32
Plus solide que le diamant, le graphène est un matériau conducteur de chaleur et d'électricité, sans danger et recyclable.

A côté de l'"Human Brain Project" de l'EPFL, "Graphene" est l'autre projet de recherche qui bénéficiera d'un financement massif de l'Union européenne. Cinq institutions suisses participent à cette aventure, a fait savoir lundi l'Université de Genève (UNIGE).

Un montant d'un milliard d'euros sur dix ans sera alloué au projet "Graphene". La recherche portera sur le développement des propriétés uniques de ce matériau, qui se présente sous la forme d'une feuille de carbone d'un seul atome d'épaisseur. Cette particularité fait que le graphène est "extrêmement prometteur".

Plus solide que le diamant, le graphène est un matériau conducteur de chaleur et d'électricité, sans danger et recyclable, a rappelé l'UNIGE. Il recèle un immense potentiel en matière d'applications technologiques, telles que l'électronique rapide, les dispositifs électroniques souples et les systèmes optiques.

Ce matériau le plus mince du monde, qui est au coeur de préoccupations des physiciens, pourrait révolutionner le domaine aéronautique en permettant la construction d'avions plus légers et moins gourmands en carburant. Les scientifiques songent aussi à l'utiliser pour fabriquer des rétines artificielles.

Le projet "Graphene" est coordonné par la "Chalmers University of Technology", basée en Suède. Il rassemble 126 groupes de recherche de 17 pays européens, dont les universités de Bâle, Genève et Zurich, ainsi que l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche.