Réservé aux abonnés

Le cerveau évalue le cri en urgence

Les sons n'activent pas les mêmes zones cérébales, selon une étude de l'Université de Genève.
25 août 2015, 16:12

Les cris et les sirènes d'alarme utilisent la même gamme de fréquences acoustiques. Conséquence: ils activent l'amygdale cérébrale, impliquée dans l'évaluation rapide des dangers, permettant ainsi à l'individu de réagir efficacement.

Luc Arnal, du département des neurosciences fondamentales de la faculté de médecine de l'Université de Genève (Unige), et David Poeppel, de la New York Université, ont cherché à savoir pourquoi le cri, partagé par bon nombre de mammifères, est particulièrement efficace. Leurs découvertes sont publiées dans la revue "Current Biology".

Les cris occupent une large ga...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois