Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L’escroc présumé reste en prison

Le procès du prévenu, conseiller juridique autoproclamé, aura lieu au milieu du mois.

04 août 2016, 23:47
/ Màj. le 05 août 2016 à 00:01

L’homme répond d’escroquerie, d’usure, de contrainte, d’infractions à la loi sur l’assurance chômage et à la loi sur les armes.

Il lui est reproché d’avoir offert ses services de conseiller juridique en donnant l’impression par une publicité pompeuse de disposer des qualités professionnelles et des infrastructures nécessaires alors qu’il n’avait aucune formation dans ce domaine.

Activité réduite ou inexistante

Selon les accusations portées contre lui, il aurait usé de la fragilité de ses clients pour exiger d’eux des provisions exorbitantes jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus y faire face financièrement.

Il tirait ensuite prétexte de cette situation pour résilier les mandats pour lesquels il n’avait le plus souvent déployé qu’une activité réduite, voire inexistante.

Risque de récidive

Placé en détention préventive depuis janvier 2015, le présumé escroc avait échoué plusieurs fois à obtenir sa libération. Le Tribunal cantonal avait refusé la demande en raison du risque de récidive.

Tout récemment,...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias