Aubonne: deux mineurs volent des motos et sèment la police

Deux jeunes de 14 et 15 ans ont été arrêtés à Aubonne mardi. Ils sont suspectés d’avoir volé des motos et d’avoir circulé sans casque ni lumière sur l’autoroute sur plusieurs kilomètres.

23 déc. 2020, 16:50
Un important dispositif a été mis en place pour retrouver les deux suspects.

L’autoroute A1 a été le théâtre mardi matin d’un véritable rodéo suivi par une course-poursuite. Aux alentours de cinq heures du matin, la police cantonale est alertée par des automobilistes que deux motos sans plaque ni éclairage circulent entre Gland et Rolle sur l’autoroute.

Immédiatement, une patrouille s’est positionnée en attente entre Rolle et Aubonne. Lorsque les deux motocyclistes qui circulaient sans casque sont passés à leur hauteur, les gendarmes ont enclenché leurs feus bleus afin d’interpeller les usagers. Refusant de s’arrêter, ceux-ci ont accéléré, quitté l’autoroute à la jonction d’Aubonne et abandonné leurs motos peu après.

Rapidement sur site, les policiers accompagnés de chiens se sont engagés sur deux pistes distinctes qu’ils ont suivies sur plusieurs centaines de mètres avant qu’elles ne s’interrompent brusquement. Les individus suspects étaient montés dans un véhicule. Malgré l’important dispositif de recherches engagé, les suspects n’ont pas été immédiatement interpellés.

Une voiture suspecte

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Vers 7h, un gendarme a aperçu près d’Aubonne un véhicule dont les trois occupants adoptaient un comportement suspect. Intercepté peu après, il s’est avéré que le véhicule transportait deux passagers dont l’habillement correspondait aux signalements des motocyclistes précités, deux mineurs suisses de 14 et 15 ans, ainsi que le conducteur, un majeur macédonien de 19 ans. Tous trois ont été interpellés et acheminés dans les locaux de police pour la suite de la procédure.

Il ressort des premières investigations que les motos ont été volées par effraction durant la nuit dans un garage privé à Nyon. Leur propriétaire a déposé une plainte pénale.

Des instructions pénales ont été ouvertes par le Président du Tribunal des mineurs, ainsi que par la Procureure de service. Les investigations sont confiées aux inspecteurs de la Police de sûreté, avec l’appui des gendarmes de la région.