Gland: "Logement et marché ne devraient pas cohabiter"

«La Côte» et la commune de Gland organisaient jeudi une grande soirée consacrée à la thématique du logement.

21 nov. 2019, 21:41
Le logement sous toutes ses formes a été au coeur de cette soirée organisée par "La Côte" et la Ville de Gland.

Jeudi soir, au théâtre de Grand-Champ, «La Côte» et la Ville de Gland organisaient une grande soirée thématique sur l’habitat d’aujourd’hui et de demain. Le logement mute et se transforme en parallèle des évolutions sociologiques. Des spécialistes et des acteurs politiques ont croisé leur regard sur ce sujet.

A lire aussi : Six solutions pour des loyers abordables dans la région

Luca Pattaroni, sociologue spécialisé dans l’urbanisme, a esquissé, lors d’une conférence d’une vingtaine de minutes, le visage de l’habitat qui correspondra aux aspirations, mais aussi aux contraintes de demain. La sacro-sainte villa individuelle pour la famille avec deux enfants ne constitue plus l’indépassable horizon. Selon le sociologue, l’habitat communautaire correspond de plus en plus aux attentes des citoyens. «On peut imaginer que les villes emprunteront des éléments des villages et ces derniers feront l’inverse», a exposé Luca Pattaroni.

Un marché qui évolue

Eric Rossiaud, président de la Coopérative de l’habitat associatif (Codha), Anthony Baumberger, de l’Union suisse des professionnels de l’immobilier, et Isabelle Monney, municipale glandoise chargée du logement, ont participé à une table ronde sur les logements abordables. «Ce type d’habitat propose des loyers 20% en dessous des prix du marché, a détaillé la politicienne glandoise. Il y a naturellement beaucoup de demandes, mais une Municipalité doit aussi veiller à maintenir une certaine mixité.»

A lire aussi : Dans leur cluster, ils réinventent la colocation

Selon Anthony Baumberger, le marché tend vers une baisse des prix car l’offre est devenue très importante: «En quinze ans de métier, c’est la première fois que j’ai eu du vide sur un logement social. Même à Nyon, il y a de la vacance. Globalement, les nouveaux logements ne trouveront pas tous preneurs et les prix baisseront en conséquence», a prophétisé le professionnel.

D’autres découvertes

Dans le prolongement de la conférence de Luca Pattaroni, Eric Rossiaud a rappelé que le logement pouvait aussi exister en marge du marché: «L’habitat n’est pas une marchandise comme les autres, selon nous, le logement et le marché sont des éléments qui ne devraient pas cohabiter.»

En marge de la conférence et de la table ronde, le public a pu découvrir les différents stands proposés par les partenaires de l’événement. Se documenter sur les énergies renouvelables, découvrir les dernières évolutions en matière de domotique ou encore se projeter dans son salon, modéliser en 3D et observer comment s’intègre le canapé dont on envisage l’achat. Le logement de demain, c’est déjà un peu celui d’aujourd’hui.