Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les Morgiens sont champions du tri

Les trois premiers mois du nouveau concept déchets sont un succès.

04 juin 2013, 06:46
data_art_7107553.jpg

Les Morgiens sont, pour sûr, de bons élèves en matière de tri des déchets. Au terme des trois premiers mois de fonctionnement de la nouvelle réglementation en la matière, les chiffres en témoignent. L'entrée en vigueur du système des sacs blancs taxés a eu pour effet, par exemple, de diviser par deux la quantité d'ordures ménagères à incinérer. Concrètement, on est passé d'un total de 1011 tonnes à pareille époque l'an dernier, à 501 tonnes tout au plus.

Des restes de cuisine au gaz naturel

Pour le municipal Jean- Jacques Aubert, à la tête, depuis quelques mois, du dicastère Infrastructures et énergies, cette tendance n'est pas tout à fait une surprise. Quand on touche au porte-monnaie, les gens comprennent vite. Pour rappel, durant toute l'année 2012, selon le rapport de gestion récemment rendu public par la Municipalité, 3335 tonnes avaient été collectées, pour cette seule catégorie de déchets, soit 223 kilos par habitant, chiffre identique à celui de 2011. Parallèlement, le poste des déchets organiques a vu son poids quasiment doublé, avec 209 tonnes contre 107 (939 pour toute l'année). Avant, on mettait les restes de cuisine dans les sacs à ordures. Maintenant, pour alléger les sacs blancs, ça finit dans les déchets organiques. Résultat: les containers sont pleins alors même que la saison de jardinage n'a pas démarré , constate le municipal. Pour rappel, ces matières sont expédiées à Lavigny où elles subissent une méthanisation, avant d'être réinjectées dans le réseau de gaz naturel.

Morges continue d'assurer la prise en charge du PET

Du côté des matériaux recyclables (papier, carton et PET), auparavant déjà objets d'un tri sérieux, les quantités récupérées de janvier à mars sont, elles aussi, en hausse avec, entre autres, 14, 7 tonnes de PET (+ 79% par rapport à 2012). A la différence de Lausanne, qui, pour ne plus payer à double le coût de la récupération du PET, contraint de fait les habitants à le rapporter dans les commerces, Morges en assure toujours la prise en charge. Nous n'avons rien décidé sur ce point, mais il faudra un jour se demander si cela vaut vraiment la peine de continuer , s'interroge le municipal.

Vu sous l'angle global, les quantités de détritus produits sont en baisse de 20%. Il semble qu'on consomme moins que par le passé: l'effet de la crise ou d'une prise de conscience , constate Jean-Jacques Aubert. Qui évoque, enfin, l'irruption marquée d'un phénomène nouveau: les clients hésitent de moins en moins à laisser sur place les emballages indésirables, après avoir effectué leurs achats, pour éviter de faire exploser le compte sacs-poubelles au budget familial...

 

POUBELLES DE VILLE ET STATION D'EPURATION EPARGNEES

Au terme de ces 90 premiers jours, le taux d'utilisation des sacs payants par la population approche les 100%. Seuls 118 contrevenants ont été dénoncés à la Commission de police. Un nombre que Jean-Jacques Aubert se refuse à commenter. Il est encore trop tôt pour faire une évaluation . Il souligne, en revanche, le caractère mineur des déversements sauvages de résidus alimentaires, voire de couches-culottes, dans les WC, à même d'aboutir à la STEP. Même chose pour le recours, à des fins domestiques interdites, aux poubelles de rue. Des récipients dont l'étroitesse dissuaderait le fraudeur en puissance d'y abandonner nuitamment un quelconque corps du délit...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias