Morges: Le temps et l'image selon Massimo Furlan

Il a habité, étudié, traîné et travaillé à Morges, Massimo Furlan revient dans "sa" ville avec un film et une exposition d'images et d'objets retraçant ses performances artistiques.

30 oct. 2013, 15:02
Massimo Furlan expose, au Musée Alexis Forel à Morges, des images retraçant ses performances artistiques.

"Depuis quelques temps, j'éprouvais un trop plein d'exposition de personnes décédées. Inscrire la date de naissance et de mort sur l'étiquette me pesait. Avec les vivants, il y a une autre relation de travail", a confié Yvan Schwab, directeur du Musée Alexis Forel à Morges.

Pour clore cette année 2013 d'exposition, le conservateur du musée a choisi les oeuvres d'un Morgien. Massimo Furlan qui a vécu environ 20 ans à La Coquette y es revenu avec plaisir. Préparer et monter cette présentation de ses travaux lui a rappelé ses années d'enfance, d'adolescence et ses heures passées dans son atelier, d'abord à l'avenue de la Gare, puis aux Sablons. "Malheureusement, il n'y a plus d'ateliers à Morges, rebondit Yvan Schwab. Je suis inquiet pour dans 20-30 ans, on ne pourra plus exposer un Morgien..."

Mais revenons à la présence actuelle de Massimo Furlan qui, non seulement expose les photos de ses performances prises par ses amis photographes, mais a également créé un film en lien avec ses souvenirs morgiens. Durant deux nuits au mois de juin 2013, il a roulé sur un vélomoteur, accompagné par huit de ses amis de longue date, à travers La Coquette. Tourné en début de semaine, à part le bruit par cette horde de "boguets", les lieux semblent sans vie. "On a vu la ville s'endormir puis se réveiller, nous avions l'impression qu'elle était à nous", livre Massimo Furlan.

Un article à lire dans le tous-ménages "La Côte" de jeudi 31 octobre.