Affaire Ségalat: la France ne va pas exécuter la condamnation du généticien

Condamné à 14 ans de prison par la justice suisse, Laurent Ségalat n'exécutera pas sa peine. La France refuse d'incarcérer le généticien français.

19 mai 2015, 14:57
French geneticist Laurent Segalat arrives at the Vaud state Court house, Tribunal de l'Hermitage, prior to the first day of French geneticist Laurent Segalat's appeal trial, in Lausanne, Switzerland, Thursday, November 29, 2012. Laurent Segalat was declared innocent in the first trial last June but the defense appealed. The Court attempts to shed light on the mysterious death of Catherine Segalat. Her step-son Laurent is accused of murder but maintains his innocence from the beginning. The tragedy took place on January 9, 2010 at Vaux-sur-Morges. The 66 years old victim Catherine Segalat was found lifeless by her step-son, the geneticist Laurent Segalat, known for his books and media appearances.(KEYSTONE/Laurent Gillieron)

La France ne va pas exécuter la peine de 14 ans de prison infligée par la justice suisse à Laurent Ségalat. Le généticien français a été condamné pour le meurtre de sa belle-mère à Vaux-sur-Morges en janvier 2010, indique le canton de Vaud.

Le Ministère français de la justice a indiqué le 15 mai à Berne que la France "ne donnerait pas suite" à la demande de la Suisse concernant Laurent Ségalat. La peine privative de liberté "ne peut pas être exécutée" selon les bases légales existant en France.

La décision française "ne peut faire l'objet d'aucun recours", poursuit le canton de Vaud dans son communiqué. La validité du jugement suisse n'est pas remise en question pour autant. Laurent Ségalat demeure l'objet d'une recherche internationale en vue d'arrestation et d'extradition.

Laurent Ségalat a été condamné le 2 avril 2014 à 14 ans de prison pour meurtre par la Cour d'appel pénale vaudoise. Le Tribunal fédéral a confirmé le verdict le 30 septembre 2014.